samedi 31 octobre 2015

Robert Ménard: le fasciste de Béziers




Mise à jour du 11 mars 2018 ( voir les autres mises à jour en fin d'article)
 
Nouvel acte de discrimination et de stigmatisation de Ménard à l'encontre d'une femme commerçante et porteuse d'un foulard. Il l'empêchée de tenir son stand
 

Robert Ménard annonce vouloir interdire l'ouverture de nouveaux restaurants de kebabs dans le centre historique de Béziers. Et voici comment il justifie ce choix: " On est dans un pays de tradition judéo-chrétienne. C’est difficile pour certains mais il faut s’y faire..."

On notera d'abord la nouvelle mode chez les racistes extrêmes (Nadine Morano, toujours membre du parti de Sarkozy, Ménard etc...) visant à stigmatiser les musulmans à l'aide d'un pseudo-concept "judéo-chrétien" qui ne correspond absolument à rien, sauf à la persécution séculaire des Juifs par les chefs des Églises chrétiennes. Cela va de l'Inquisition aux Croisades et aux pogroms tsaristes soutenus par la hiérarchie orthodoxe et de l'affaire Dreyfus au pape Pie XII, qui ne protesta pas une seule fois contre la Shoah et que l’Église veut sanctifier. A l'inverse de nombreux chrétiens des différentes Églises ont protesté contre l'antisémitisme de leurs hiérarchies et on mené de beaux combats pour sauver des Juifs menacés. Ménard, qui se présente comme un catholique pratiquant,  est un récidiviste dans ce genre de manipulations; il avait mis en scène il y a quelques mois dans sa mairie une cérémonie impliquant la fête juive de Hanouca afin de justifier au passage son acte anti-laïque d'installation d'une crèche de Noël.   

De plus Ménard montre son ignorance crasse du judaïsme car la liturgie de la Pâques juive (Pessah) mentionne l'invention du grand  talmudiste Hillel qui a créé une sorte de "kebab" en associant l'agneau pascal, du pain enzyme et des herbes amères afin de symboliser le récit des persécutions des Hébreux et de leur sortie d’Égypte.
Chaque année les Juifs qui pratiquent le rite de Pessah se souviennent de ce kebab de Hillel et le mentionnent dans leurs prières. Ménard va-t-il interdire aux Juifs de France de célébrer Pessah, comme Marine Le Pen voulait leur interdire la kippa dans la rue ?

Cette tentative supplémentaire de dicter des comportements alimentaires et d'en stigmatiser certains  rejoint les multiples attaques de maires de droite contre la possibilité d'accéder à des repas sans porc ainsi que la marée islamophobe que nous relevée à propos de la publication de recettes du Ramadan. 

Ménard n'a en réalité rien inventé; il ne fait en l'espèce que copier les turpitudes des racistes italiens, en reprenant même mot pour mot leurs termes d'interdiction dans le "centre historique" des communes.
Dans ce pays a lieu  en effet depuis plusieurs années une chasse aux kebabs menée par le parti xénophobe de la Ligue du Nord, allié du Front National au Parlement européen. Quelques articles étaient parus dans la presse française  à l'époque du début de cette campagne initiée en 2009 dans la ville de Lucca (Toscane). Berlusconi, à l'époque allié de ce parti,  avait soutenu ce racisme culinaire. Ce sont les maires de la Ligue du Nord qui ont étendu cette mesure. Ainsi, depuis août 2011,  le maire  (Ligue du Nord) de Cittadella, commune proche de Padoue en Italie, a décidé  une "guerre" contre la vente des  kebabs, en raison de l’odeur dégagée dans le "centre historique" de la ville. La reprise transalpine de Ménard a le même goût rance du racisme le plus mesquin.

Les fascistes de France ont depuis longtemps pris l'habitude d'aller chercher des modèles et des financements  en Italie: ainsi la "flamme tricolore" du FN lors de sa fondation en 1972 n'était qu'une simple décalque du symbole identique du mouvement néo-fasciste MSI, qui a d'ailleurs financé la fondation du parti frontiste, comme l'indique l'historienne Valérie Igounet

Pendant la période qui a précédé la deuxième guerre mondiale, l'appareil d’État fasciste au pouvoir en Italie depuis 1922 a financé en France de nombreuses officines et partis d'extrême-droite, dont le principal était le PPF de Doriot. Mussolini fit même assassiner en France en 1937, par un commando fasciste tout à fait français, deux antifascistes italiens, les frères Rosselli.

Ménard qui s'est déjà illustré par son apologie constante de l'Algérie française, ses nombreuses mesures anti-sociales, les bidonnages de son journal municipal et son agression télévisée de réfugiés syriens, va cette fois ci-chercher sa pitance dans les bas-fonds du fascisme européen.

Quelle sera la prochaine étape de l'escalade du fasciste de Béziers? Un appel au boycott des commerces tenus par des personnes d'origine maghrébine?  Il faut l'empêcher de nuire, lui est ses acolytes du FN.
Memorial 98

Actualisations et mises à jour:
Mise à jour du 6 juin 2018:

Bonne nouvelle judiciaire: annulation par le Conseil d’État du couvre-feu à l'encontre des mineurs décidé par Ménard en 2014. Félicitations à la La Ligue des droits de l'homme ( LDH) et à son avocat Me Spinosi qui ont obtenu cette décision. C'est une claque pour le facho de Béziers.

MEMORIAL 98 

Mise à jour du 14 mars 2018:


Ménard est hélas acquitté en appel pour ses propos contre les écoliers " musulmans " de Béziers. Nous soutenons la démarche de la Maison des Potes qui se dit prête à aller en Cassation.


Mise à jour du 11 décembre 2017 (voir aussi les autres mises à jour en fin d'article)

Robert Ménard franchit un nouveau cap dans l'abjection avec cette "publicité" ci-dessous pour un TGV à Béziers. L'image assassine constitue de sa part une récidive dans la mise en scène des violences faites aux femmes comme le montre le dossier .
Cela fait référence à un meurtre survenu en juin dernier en Eure-et-Loir. Elle s'appelait Emilie, elle avait 34 ans et 4 enfants. En juin 2017, son mari l'a assassinée en l'attachant sur les rails du TGV. Ménard crie à la "liberté d'expression" 

Qu'attend-on pour le sanctionner durement? Il doit être démis de ses fonctions de maire.




 
A noter que Ménard doit participer le 12 décembre à Paris à un rassemblement de fascistes et d'intégristes catholiques pour " la défense de notre civilisation "





MEMORIAL 98


Mise à jour du 19 septembre 2017






Nouvelle provocation de Ménard: il fait placarder des affiches comparant la baisse de dotations de l’État et des violences contre les femmes, dans le style "gore".
Le fasciste de Béziers, qui se réclame d'un catholicisme traditionaliste affiché et mise en scène,  banalise ainsi ces violences.
Il s'agit également pour lui de démontrer ce que signifie la ligne qu'il propose pour le FN après ses attaques contre Marine Le Pen et Philippot. A ses yeux ces derniers ne mettent pas assez en avant des thèses racistes et islamophobes !




Memorial 98

Mise à jour du 26 avril 2017

Robert Ménard, a été condamné le 25 avril à 2.000 euros d'amende pour "provocation à la haine et la discrimination" pour avoir déclaré qu'il "y avait trop d'enfants musulmans dans les écoles de sa ville".
Le verdict est annoncé entre les deux tours de la présidentielle, alors que Marine Le Pen accentue sa propagande raciste et antisémite
Le tribunal correctionnel a également accordé entre un euro symbolique et mille euros de dommages et intérêts et mille euros de frais de justice à sept associations antiracistes parties civiles, dont la Maison des potes. Ménard a indiqué qu'il allait faire appel.
Le procureur avait requis 1.800 euros d'amende contre l'édile considérant que ce dernier avait "montré du doigt des gosses" qu'il décrit comme un poids pour la communauté nationale. "Il les réduit à leur religion, peu importe qu'ils aient la nationalité française ou ne pratiquent pas cette religion", avait-il dénoncé. L'avocat de Robert Ménard avait plaidé la relaxe en appelant le tribunal à ne pas prononcer "une peine de mort de la liberté de penser".




L'élu était poursuivi pour avoir publié sur Twitter le 1er septembre 2016 le message suivant: "#rentréedesclasses: la preuve la plus éclatante du #GrandRemplacement en cours. Il suffit de regarder d'anciennes photos de classe".
Il était également visé pour avoir déclaré sur  le 5 septembre: "Dans une classe de centre-ville de chez moi, 91% d'enfants musulmans. Évidemment que c'est un problème".La "provocation à la haine" est passible d'un an de prison et de 45.000 euros d'amende. La condamnation de Ménard est donc positive mais demeure particulièrement faible, comme analyse d' ailleurs le porte-parole de la Fédération des Maisons des Potes, particulièrement active dans ce dossier: "Finalement, M. Ménard s'en sort avec une peine dérisoire", a commenté Samuel Thomas, de la Maison des potes, regrettant que la justice  n'ait pas prononcé une peine d'inéligibilité ou de privation des droits civiques à son encontre.

MEMORIAL 98


Mise à jour du 8 mars 2017

Procès ce jour de Ménard devant le Tribunal correctionnel de Paris. Il serait juste qu'il soit  condamné à une peine d'inéligibilité, comme le demande l'association Maison des Potes.

MEMORIAL 98

Actualisation du 21 décembre 2016: Ménard en procès


Le maire de Béziers, Robert Ménard, sera jugé devant le tribunal correctionnel à Paris pour provocation à la haine, après avoir affirmé qu’il y avait "trop d’enfants musulmans" dans les écoles de sa ville.
Le 5 septembre, il avait déclaré sur LCI : « Dans une classe du centre-ville de chez moi, 91 % d’enfants musulmans. Evidemment que c’est un problème. Il y a des seuils de tolérance […]. »
L’élu, proche du FN, a fait l’objet d’un renvoi par le parquet de Paris, qui avait été saisi par les associations antiracistes Maisons des Potes,  Licra et Mrap . Selon la Licra, le procès est prévu le 8 mars.
Ménard  avait déjà provoqué un scandale en mai 2015 en évoquant « 64,6 % » d’élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de Béziers, une estimation reposant sur « les chiffres de [la] mairie ».


Actualisation du 26 novembre 

Robert Ménard manque singulièrement d'humour: il passe son temps à stigmatiser les musulmans et les réfugiés, à calomnier ceux qui osent s'opposer à lui, mais ne supporte qu'on se moque (un peu) de lui et qu'on le renvoie à son fascisme. Ainsi il a quitté, menaçant le plateau de l'émission de Thierry Ardisson après qu'un jeune chroniqueur ait rappelé son désir forcené de diffuser sa propagande abjecte.

Memorial 98

Actualisation du 15 octobre 

Ménard a fait remplacer ses affiches anti-migrants par d'autres affiches anti-migrants. C'est sa réponse provocatrice à l'ouverture d'une enquête judiciaire contre sa propagande.
Il prétend maintenant organiser un "référendum" en soutien à ses positions de rejet des migrants, ce qui constitue d'ailleurs  un acte illégal.
Ménard s'inscrit dans l'offensive du Front national qui s'efforce d'organiser des manifestations anti-migrants dans tout le pays





Actualisation  du 11 octobre 2016:
Nouvelle provocation raciste de Ménard qui fait placarder l'affiche ci-dessus sur les panneaux municipaux.
De plus il manipule et ment en déclarant, d'abord sur l'affiche  : "L’État nous les impose".
De plus Ménard y revient dans un communiqué mensonger: "La mairie de Béziers a appris hier qu’un nouveau Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile (CADA) ouvrirait très prochainement. Un de plus. Et en plein centre-ville.

En réalité, aucun nouveau centre d'accueil de demandeurs d'asile ne devrait être ouvert à Béziers. Il s'agit en fait de l'extension d'un Cada déjà existant qui va accueillir 90 places contre 50 places auparavant. Pour rappel, il y a deux Cada dans la commune de Béziers.
En octobre dernier déjà, l'un de ces deux Cada était complet, tandis que l'autre ne disposait pas de logement adapté. Des familles syriennes avaient d'ailleurs dû quitter Béziers pour se rendre dans un Cada à Alès.
Manipulateur, menteur, le fasciste municipal est un danger public.
Memorial 98

Actualisation du 5 septembre


Ménard franchit à nouveau les limites de l'abjection et s’attaque une fois de plus aux enfants de Béziers.
Il est interpellé sur LCI pour  un message posté sur Twitter le 1er septembre et dans lequel il disait voir dans la composition des classes d'enfants la preuve du "grand remplacement". 
Selon cette théorie de l'écrivain d'extrême droite Renaud Camus, une population non européenne est en train de se substituer petit à petit à la population historique de la France.
Le fasciste de Béziers assume totalement.
 Quand la journaliste lui demande si, d'après lui, être français, c'est être blanc, Robert Ménard acquiesce :
-          Audrey Crespo-Mara : Être français, c'est être blanc ?
Robert Ménard : Être Français c'est aussi, comme le disait le général De Gaulle, être européen, blanc et catholique, bien sûr.
 Au passage il se déclare solidaire de Nadine Morano qui avait déjà diffusé les mêmes thèmes.  
Memorial 98

Actualisation  du 18 août

Ménard a fait placarder dans sa commune une photo (ci-dessous) d'un chien tenant dans sa gueule un exemplaire du quotidien régional Midi Libre, au-dessus d'une inscription "Tous les jours, l'info en laisse". "A qui appartient Midi Libre ?", interroge aussi l'affiche, avant de répondre : "à J-M Baylet, ministre des collectivités territoriales".
 La Société des Journalistes (SDJ) de Midi Libre dit avoir "pris connaissance avec colère" de la campagne d'affichage "haineuse" lancée par l'ancien journaliste et fondateur de Reporters sans Frontières, élu en 2014 avec le soutien du Front national.
Le maire de Béziers s'en prend "régulièrement depuis son élection aux journalistes de notre titre, individuellement ou collectivement", dénonce la SDJ. Selon eux, Robert Ménard reproche au journal de ne pas avoir relayé son discours suite à l'attentat du 14 juillet à Nice ( voir ci dessous le 20 juillet son tweet provocateur) . Concernant les rapports avec l'actionnaire les journalistes précisent que "...   Le traitement et la hiérarchisation de l'information à Midi Libre dépendent de la seule rédaction et non de l'actionnaire majoritaire. A ce titre, le petit caprice de M. le maire de Béziers paraît bien dérisoire face à la gravité du drame qui a frappé Nice et la République..."
L'attaque de Ménard correspond à une attitude générale de l'extrême-droite à l'égard  des journaux régionaux. A Fréjus (Var), le maire FN David Rachline a dénoncé dans une lettre le "journalisme aux relents de totalitarisme" de Var Matin. Pendant la campagne des régionales, Marine Le Pen avait accusé La Voix du Nord, qui avait pris position contre elle, de "s'ériger en autorité morale et (de) lancer des fatwas".






Memorial 98

Actualisation du 20 juillet 
Comme d'habitude Robert Ménard a recours aux images les plus sales; c'est le cas aussi après la tuerie de Nice, dans ses messages dégoulinants de haine et de violence.







Actualisation du 5 juillet:

Bonne nouvelle judiciaire: 
Ménard devra se passer de sa « garde biterroise ».
Le tribunal administratif de Montpellier a confirmé le 5 juillet l'annulation de la délibération municipale ayant créé cette « garde » à son initiative (voir ci-dessous le 19 janvier la décision en référé )
Le tribunal a  « prononcé l’annulation de la délibération déférée et a enjoint en conséquence à la commune de Béziers de mettre fin à la mise en place opérationnelle de la garde biterroise et à toute mesure d’information et de publicité la concernant ».
Memorial 98

Actualisation du 26 mai:

Robert Ménard prétend lancer un « mouvement citoyen » – baptisé « Oz ta droite » – à l’occasion des Rendez-vous de Béziers, qu’il organise du 27 au 29 mai. Toute la fine fleur de l'extrême-droite y participera, notamment Marion Maréchal Le Pen.
Ménard l'ultra-raciste (voir ci-dessous dans l'article) lance des propositions telles quee « non-renouvellement des titres de séjour tant que le chômage ne sera pas descendu en-dessous de 5% »et la réforme de l’état- civil « pour obliger à la francisation des prénoms ». Le facho de Béziers  est également en faveur de la « répression effective du racisme antiblancs » ou bien encore « l'instauration d'une responsabilité personnelle des juges, lorsque la personne qu'ils ont libérée commet un nouveau crime dans un délai de cinq ans après son élargissement »
Nous soutenons soutient les actions organisées sur place par le Collectif Réseau citoyen et solidaire de Béziers (regroupant LDH, ATTAC, Cimade, Esprit Libre, Cultures Solidaires, le Collectif Anti Ingérences Dans l'Education, Association Biterroise Contre le Racisme, Osez Le Féminisme, SOS Racisme..) CGT, FSU, SOLIDAIRES, etc...
Ménard a tenté d'interdire ces manifestations en prenant un arrêté municipal mais le tribunal administratif a annulé cette décision.

Memorial 98 
 

Actualisation du 7 mai 

Robert Ménard attaque Sadiq Khan, nouveau maire de Londres, et évoque la "théorie" raciste du " grand remplacement"
selon laquelle les musulmans envahiraient l'Europe et remplaceraient la population d'origine. Le fasciste de Béziers participe aujourd’hui avec Marion Maréchal Le Pen, au colloque de l'Action Française, marqué par la figure de Charles Maurras, antisémite et "anti-métèques"

Memorial 98


Actualisation du 19 février: Ménard se sent à juste titre visé par les propos du pape qui au Mexique a dénoncé  "une personne qui veut construire des murs et non des ponts n’est pas chrétienne". Une référence au mur qu'entend bâtir Donald Trump le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique.
Ménard, qui se réclame du catholicisme intégriste, proteste contre cette déclaration en tweetant:
"Les chrétiens attendent du pape qu'il défende la Chrétienté, pas sa submersion par l'immigration...
Il en oublie au passage que les migrants mexicains et latino-américains sont chrétiens.

Actualisation du 29 janvier: propos abjects supplémentaires de Ménard qui s'attaque au nouveau modèle prévu de la poupée Barbie  en tweetant ceci:
"Barbie sera désormais grosse et de toutes les couleurs... A quand une Barbie transgenre ?"
 La vulgarité du racisme"anti-couleurs",  anti-gros, anti-transgenre s’étale ainsi de la part du fasciste municipal capable du pire

Actualisation du 19 janvier: 
Robert Ménard et sa milice nommée "Garde biterroise" retoqués. C'est une bonne nouvelle venant de la justice administrative et une claque pour le fasciste municipal. Le juge des référés précise que la délibération de la municipalité est dépourvue de fondement légal. Mais il est probable que Ménard va prendre la posture de celui qui tente de lutter pour la sécurité et qui en est empêché par la justice.


Actualisation du 25 décembre: Ménard provoque à nouveau et attaque les initiatives communes de Noël entre musulmans et chrétiens qui se sont déroulées à Béziers comme dans d'autres villes du pays. Il établit un parallèle entre la milice nommée "Garde biterroise" qu'il veut mettre sur pied et une prétendue "Garde musulmane".  dans ce qui apparait comme un appel à la violences il stigmatise les musulmans en déclarant " Depuis quand ces pyromanes protègent des incendies?..."

Actualisation du 1er décembre: Ménard lance une milice nommée "Garde biterroise", il copie à nouveau les méthodes de la  la Ligue du Nord et s'inspire toujours des fascistes italiens.

mercredi 28 octobre 2015

En mémoire de Zyed Benna et Bouna Traoré: morts sans justice




Anniversaire de la mort tragique de Zyed Benna et Bouna Traoré, victimes de la traque policière puis de la négligence des ces mêmes policiers, qui savaient pourtant que ces jeunes étaient en danger de mort. C'est à eux, à leurs familles, à leurs amis et à la population de Clichy-sous-Bois et de Montfermeil que vont nos pensées.

Et pourtant un certains nombre de médias choisissent de parler essentiellement "d'émeutes" et de violences qui ont suivi leur mort.

27 octobre 2005, Clichy-sous Bois (Seine-Saint-Denis): Zyed Benna, 17 ans, et Bouna Traoré, 15 ans, meurent électrocutés après que la police les ait poursuivi. Le ministre de l'Intérieur de l'époque, Nicolas Sarkozy, prétend que les enfants auraient volé sur un chantier. Accusation fausse et infamante. Cette accusation, qui transforme Zyed et Bouna en délinquants, est colportée jusqu'à ce jour par la propagande d'extrême-droite, après avoir été reprise par le très sarkozyste Estrosi

La veille de ce jour, le 26 octobre, le même Sarkozy avait évoqué  à Argenteuil les "racailles"
des quartiers, quelques mois après avoir menacé de nettoyer "au Karcher" la cité des 4000 de la Courneuve. Il préparait déjà sa campagne présidentielle de 2007 et  la course à l'électorat  du Front National, en reprenant les thèmes de ce dernier.
Le ministère de l'"Identité nationale" était à l'horizon de ce quinquennat qui se termina par une campagne encore plus raciste

Les amis des adolescents, leurs voisins et plus globalement la jeunesse des quartiers populaires, répondirent par des manifestations qui, comme une traînée de poudre solidaire, se propagèrent à des dizaines de villes. Ces manifestations témoignaient de l'immense sentiment de discrimination que ressentent les habitants de ces quartiers, victimes du racisme et des violences policières et subissant de plein fouet les inégalités sociales.

A Clichy-sous-Bois et dans la ville limitrophe de Montfermeil, les forces de police brutalisaient les habitants et ceux qui tentaient de rétablir le calme. Le 30 octobre une grenade lacrymogène d'origine policière explosait à proximité de la mosquée des Bosquets de Clichy-sous-Bois, en plein mois du Ramadan.

Le gouvernement Chirac-Villepin-Sarkozy décrète l'état d'urgence. Plus de 6.000 personnes sont interpellées, 30 communes instaurent un couvre-feu.

Dix ans après, le 18 mai 2015, la justice a relaxé en appel les policiers qui avaient poursuivi Zyed Benna, Bouna Traoré et Muhittin Altun (grièvement blessé dans les mêmes circonstances). Ils ont été acquittés et ne sont responsables de rien.

La rage demeure. Dans ce contexte, la récente décision gouvernementale de contester la condamnation  de  cinq contrôles d'identité "au faciès"  en se pourvoyant en Cassation représente une violence supplémentaire.
Comme le déclare un des avocats de ceux qui avaient gagné en appel: « C’est une manière de dire que les règles d’égalité et de non-discrimination ne s’appliquent pas à la police. Pour les jeunes que nous défendons, c’est une preuve de plus qu’ils vivent dans un système ségrégationniste et que la gauche choisit de le perpétuer "
 De plus, cette décision est contraire aux engagements de François Hollande durant la campagne présidentielle de 2012, qui avait promis de mettre fin à ces contrôles discriminatoires.

Le combat continue pour l'égalité sociale, contre le racisme et les discriminations, en mémoire aussi de tous les jeunes victimes de violences policières. 

Actualisation du 27 juin 2016 :

La relaxe des deux policiers poursuivis pour non-assistance à personne en danger a été confirmée le 24 juin par la cour d’appel de Rennes. Depuis une décennie et une procédure interminable, la justice s’échine à nier toute responsabilité de ces policiers.  L’un des avocats de la partie civile annonce d’ores et déjà un pourvoi en cassation.
Nous soutenons la poursuite de ce combat  pour la justice.

Memorial 98


Actualisation du 18 mai 2016

Coïncidence des dates: deux jours avant la manifestation d'organisations policières, le tribunal de Rennes a totalement relaxé les deux policiers impliqués dans la mort de Zyed et Bouna.  Le tribunal de Rennes a rendu son jugement lundi 16 mai, et suivi les réquisitions du parquet qui réclamait la relaxe des deux policiers poursuivis dans cette affaire, pour non-assistance à personne en danger.
Le tribunal a décidé que les deux policiers n’avaient pas connaissance d’un danger « certain et imminent » pour les jeunes quand ils ont quitté les lieux. Les adolescents de 15 et 17 ans se trouvaient pourtant à l’intérieur du transformateur, mais les agents ont toujours affirmé avoir ignoré cette information au moment des faits.

La conséquence de ce jugement est très concrète: la relaxe écarte en effet tout versement de dommages et intérêts aux familles des deux victimes et à Muhittin Altun, gravement blessé. Le président du tribunal a estimé que le traitement politique et médiatique des événements avait « considérablement alourdi la souffrance des familles », mais que, comme ce dommage n’était pas imputable aux personnes poursuivies, leur requête était irrecevable.

Une fois de plus c'est l'injustice qui triomphe. Elle nourrit l'exclusion et la marginalisation des victimes de violences et  des habitants des quartiers populaires.

Memorial 98

lundi 26 octobre 2015

Montoire 24 octobre 1940, Pétain et Hitler officialisent la collaboration.







Le 24 octobre 1940, Pétain rencontrait Hitler à Montoire-sur-le-Loir. La poignée de main de Montoire annonce la collaboration

C'est lors du discours de Pétain du 30 Octobre 1940, après cette rencontre avec Hitler, qu'est annoncée pour la première fois explicitement cette collaboration, qui se déploiera dans de très nombreux aspects, au plus grand profit du Reich nazi et de ses acolytes français.
On notera que dans ce discours, Pétain indique qu'il s'est rendu librement à la rencontre avec Hitler, sans aucune pression allemande et qu'il utilise le terme nazi de « Führer » quand il mentionne ce dernier. 

A cette date du 30 octobre, le régime de Vichy a déjà promulgué plusieurs lois racistes très orientées.
Il s’agit de la possibilité de déchoir de sa nationalité un Français naturalisé (16 juillet 1940), de l’abrogation du décret Marchandeau du 21 avril 1939 pénalisant le délit d’injure ou de diffamation raciale et l'amnistie des faits commis de ce type depuis cette date ( 27 août ) le premier statut discriminatoire des Juifs du 3 octobre (publié le 18 octobre ), l’abrogation du décret Crémieux de 1870 (qui accordait la nationalité française aux Juifs d’Algérie) le 7 octobre. 

On sait maintenant que Pétain a lui-même durci les dispositions du statut des Juifs, comme le montrent ses mentions manuscrites sur ce document, mises à jour par le Mémorial de la Shoah

Il n’a en rien constitué un « bouclier » contre les nazis comme le prétendait une partie de l’historiographie de la droite et comme le proclame l’extrême-droite et son défenseur Eric Zemmour.

La parution d'une version actualisée du livre des historiens Paxton et Marrus "Vichy et les Juifs" (première parution en 1981) qui révéla l'ampleur de l'implication pétainiste dans la déportation des Juifs de France, permet de rappeler à quel point l'antisémitisme actif de ce régime permit aux nazis de mener leur œuvre de mort.  

Nous n’oublions pas que chaque 11 novembre, de 1987 à 1992, François Mitterrand alors président de la République, a fait déposer une gerbe de fleurs présidentielle sur la tombe du Maréchal Pétain, à l’île d’Yeu, au prétexte du rôle de ce dernier lors la première guerre mondiale ( au cours de laquelle il fut d'ailleurs particulièrement actif dans le massacre des soldats révoltés ) 
Les associations de résistants et de victimes du nazisme avaient beau protester unanimement, rien n'y faisait. En 1992 le scandale fut plus important, car une large campagne publique se déroulait contre ce geste de révérence à l'égard du chef de la collaboration. 
Du coup, le préfet de la Vendée, chargé par la présidence de la République de fleurir la tombe  le 11 novembre, dut attendre cette année-là 17 h 15 pour se rendre en hélicoptère sur l'île d'Yeu, lieu de sépulture de Pétain. Il craignait  d'être confronté aux manifestants présents sur place. C'était juste après que Serge Klarsfeld et la quarantaine de personnes l'accompagnant eurent pris le dernier bateau régulier de retour de l'île. Ils étaient venus «s'assurer qu'une gerbe ne sera plus déposée sur la tombe de Pétain par le président de la République». Au bout du compte, la gerbe du préfet côtoyait celles déposées dans les heures précédentes par Jean-Marie Le Pen et par "l'Association nationale Pétain Verdun" (ANPV, émanation des nostalgiques de Vichy). 
Devant l’ampleur du scandale, Mitterrand fut contraint de suspendre l'hommage à Pétain à partir de 1993, c'est à dire à la toute fin de son deuxième septennat.

On notera  que Pétain avait déjà manifesté son antisémitisme lors du pogrom nazi de la Nuit de Cristal en novembre 1938

Saisi d'un texte de protestation contre ce pogrom, il avait rayé de sa main la formulation mentionnant la condamnation des "violences antijuives" au profit d'une formule plus neutre "persécution religieuses ou racistes". Ses autres modifications vont dans le même sens d'atténuation de cette déclaration (voir ci-dessous le fac-similé de ses modifications). 
   



Il y a une continuité entre le programme antisémite des nazis qui envisageaient ouvertement l'exclusion et l'élimination des Juifs, la mise en pratique de cette politique lors de la Nuit de Cristal, puis le discours d'Hitler du 30 janvier 1939, à Berlin, devant le Reichstag, annonçant la Shoah en déclarant:
« Aujourd'hui, je serai encore un prophète : si la finance juive internationale en Europe et hors d'Europe devait parvenir encore une fois à précipiter les peuples dans une guerre mondiale, alors le résultat ne serait pas la Bolchevisation du monde, donc la victoire de la juiverie, au contraire, ce serait l'anéantissement de la race juive en Europe. ».

C'est à cela que Pétain et son régime ont apporté leur concours enthousiaste. C'est aussi ce que nous commémorerons, comme chaque année, le 9 novembre 2019, lors de l’anniversaire de la Nuit de Cristal nazie de 1938.  



                                Synagogue incendiée lors de la Nuit de Cristal

Le 9 novembre 2019 à 16H devant le gymnase Japy (2 rue Japy 75011 Paris, métro Voltaire ou Charonne) rassemblement de mémoire et de mobilisation, organisé pour la sixième année consécutiveLe gymnase Japy est un lieu particulier de mémoire puisque c’est là que furent parqués les Juifs raflés par la police de Vichy dès 1941, avant d’être déportés vers les camps d’extermination nazis.
 
Nous allumerons des bougies du souvenir avant des prises de parole en mémoire des victimes et qui rappelleront que la mémoire des génocides nourrit nos combats actuels contre le racisme et le fascisme 
Ces commémorations sont soutenues par le Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le négationnisme] l’association Ibuka-France (Justice et soutien aux rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda), la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) l’association Fonds Mémoire Auschwitz  ( AFMA).
Ensemble nous rendrons hommage aux victimes de tous les génocides et de tous les actes de racisme. Venez nombreux.ses

MEMORIAL 98











mardi 20 octobre 2015

Marine Le Pen enfin jugée pour la comparaison entre musulmans et Occupation nazie.

Actualisation 20 octobre: le procureur Bernard Reynaud a demandé la relaxe de la dirigeante fasciste, estimant qu’elle parlait « d’un certain nombre de personnes » et non « pas de toute la communauté » musulmane.

Il aura fallu presque cinq ans à la justice pour faire comparaître Marine Le Pen suite à ses propos assimilant les prières musulmanes à l'Occupation nazie.

Les propos incriminés remontent à décembre 2010 à Lyon. Le temps de la prétendue "dédiabolisation" était déjà venu. Pourtant, lors d'une réunion publique de militants du Front National, Marine Le Pen, alors en campagne pour la présidence du parti face à Bruno Gollnisch, avait dénoncé les prières de rue des musulmans en les comparant à l'Occupation. 

Elle avait ainsi déclaré:
"Je suis désolée mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s'il s'agit de parler d'Occupation, on pourrait en parler, pour le coup, parce que ça c'est une occupation du territoire". Et d'ajouter: "C'est une occupation de pans du territoire, des quartiers, dans lesquels la loi religieuse s'applique, c'est une occupation. Certes, il n'y a pas de blindés, pas de soldats, mais c'est une occupation tout de même et elle pèse sur les habitants".
En deux phrases, l’héritière Le Pen avait ainsi marqué sa continuité avec son père dans le domaine de la transgression et du révisionnisme, en faisant référence au nazisme comme arme contre les musulmans . 
Mais en même temps elle imprimait sa marque en indiquant qu’elle s’inscrivait dans la propagande de l’extrême-droite européenne qui désigne les immigrés musulmans, souvent issus des anciennes colonies, comme des « envahisseurs »

A six semaines des élections régionales, alors que la campagne frontiste se caractérise par d'intenses attaques racistes, la présidente du FN comparaîtra le 20 octobre pour "provocation à la discrimination, à la violence ou à la haine envers un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion".  Elle encourt une peine d'un an d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende. 

Évidemment elle tentera de transformer son procès en tribune raciste, alors que le soir même elle adroit à nouveau à un passage dans l'émission vedette "Des paroles et des actes". Elle va tenter d'entretenir la confusion entre islamisme extrémiste et culte musulman. On note à ce propos qu'aujourd'hui dans au moins deux municipalités frontistes (Fréjus et Mantes-la-Ville), les maires s'opposent violemment à la construction de mosquées. Ainsi ils dénoncent des prières de rue qui sont le résultat d'un manque de place et s'opposent dans le même temps à l'ouverture de lieux de cultes dignes.

Marine Le Pen fera face à plusieurs parties civiles, dont le Collectif contre l'islamophobie en France qui avait déposé plainte dès le 1er décembre 2011 et le Mrap  ainsi que la Licra.

Nous espérons qu'elle sera condamnée pour cette provocation à la haine.


mercredi 14 octobre 2015

Sérent: lettre ouverte aux pouvoirs publics sur une page de haine raciste, parmi tant d'autres.

Suite de la mobilisation collective contre la propagande anti-migrants à Sérent: les pouvoirs publics doivent agir.
Relayez la lettre ci-dessous, sur le mur Facebook de la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme (DILCRA) , sur son compte Twitter et en l'envoyant au délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme à l'adresse mail suivante : gilles.clavreul@pm.gouv.fr

Monsieur le Délégué interministériel à la lutte contre le racisme et l'antisémitisme,

Il y a quelques jours, le 8 octobre, le président de la République Mr François Hollande a déclaré une nouvelle fois, depuis le camp des Milles, que la lutte contre le racisme et l'antisémitisme constituaient une priorité absolue.

Au quotidien, nous sommes nombreuses et nombreux qui agissons contre le racisme.

A Sérent par exemple, petit village de 3000 habitants dans le Morbihan, un collectif se mobilise pour faire face aux quelques membres du Front National ou assimilés qui ont lancé une campagne de haine et d'intimidation contre l'éventuelle installation de quelques réfugiés dans un bâtiment public vacant.

Avertis de cette campagne de haine par la presse, notre association s’est penchée sur la page Facebook du collectif anti-migrants, intitulée « Pas de migrants à Sérent ». Nous y avons trouvé un appel à mettre les gens « au four », à les passer au bazooka et des commentaires qui invitaient à pendre le maire du village à un croc de boucher. Une personne favorable à l'accueil des réfugiés a vu son identité dévoilée et affichée dans un post sous lequel menaces et insultes se sont multipliées.
Des dizaines de commentaires qualifient les migrants de terroristes, d'envahisseurs, de lâches ayant fui leur pays, de propagateurs d'épidémies.

En toute quiétude, la haine s'exprime, et les individus qui la propagent se sentent tellement en sécurité qu'ils n'hésitent pas à publier menaces et insanités sous leur propre nom.

Pour notre part, nous avons fait ce que nous avions à faire. Nous avons publié un article dénonçant ces infamies, nous avons invité nos membres et nos sympathisants à les signaler au réseau social et à la plate-forme Internet de signalement du gouvernement.


Nous ne trouvons pas normal que des pages appelant à mettre les gens au four soient banalement présentes sur Facebook, banalement évoquées par les médias qui ont consacré des articles à ce regroupement raciste de Sérent, comme s'il s'agissait d'une mobilisation ordinaire de « citoyens » exprimant leurs opinions. Nous ne trouvons pas normal d'avoir à dénoncer l'évidence. Le racisme n'est pas une opinion, c'est un délit. Nous ne sommes pas les éboueurs du net, comme le disait très justement une autre association antiraciste, nous ne devrions pas être contraints de repérer sans cesse les lieux où s'exprime la haine, il appartient aux propriétaires de ces sites et à l’État de prendre leurs responsabilités.

Mais ce n'est pas le cas : lorsque nous alertons , lorsque nous faisons ce que nous avons à faire, rien ne se passe. Aux dizaines de personnes qui ont signalé la page «  Pas de migrants à Sérent », les responsables de Facebook ont envoyé la même réponse. Cette page ne leur semble pas malvenue sur leur réseau social. Nous avons également reçu un message type de la plate-forme de signalement internet du gouvernement nous indiquant que "notre signalement avait été pris en compte". Certes mais en attendant, la haine s'exprime sans compter. 

Il n'y a là, rien d'extraordinaire, certes. Des milliers et des milliers de pages ouvertement racistes , antisémites, négationnistes, homophobes sont présentes sur les réseaux sociaux. Les commentaires des grands médias sont devenus le réceptacle de la haine la plus sordide propagée par les hordes venues des grands sites d'extrême-droite comme "Fdesouche" ou "Égalité et Réconciliation".

Aussi bien, nous aurions pu vous écrire mille fois, et vous trouverez peut-être étrange et incongru que nous le fassions pour cette affaire de Sérent, petite commune de 3000 habitants, et pour la page « ¨Pas de migrants à Serent » qui a été « likée » par 2000 personnes, ce qui est fort modeste.

Mais l'extrême-droite, quant à elle, a mobilisé ses réseaux pour servir les intérêts des quelques individus qui ont lancé cette page. Les racistes de Sérent sont relayés par tous ses grands sites. En conséquence le maire de la commune ainsi que les salariés municipaux ont affronté un harcèlement d'ampleur nationale, mails et coups de fils insultants saturant le téléphone de la mairie de ce village.

Nous sommes solidaires et d'autant plus que nous savons bien que ceci peut nous arriver demain.

D'ailleurs les médias se font maintenant l'écho d'une campagne de menaces inscrites sur les locaux de nombreuses associations antiracistes partout en France et intitulée #OnFerme.

Nous ne la fermerons pas, ni pour Sérent, ni pour nous. Et nous sommes contents que le président de la République ait répété maintes et maintes fois, solennellement, qu'il était au côté des antiracistes.

Cependant, nous savons bien qu'il ne suffit pas d’alerter, il faut agir.

Aussi, ayant fait de notre côté ce qu'il nous était possible de faire. nous vous demandons de faire ce qui relève de votre mission et de vos responsabilités , concernant cette page et ces auteurs,

Dans l'attente d'une réponse de votre part, nous vous prions d'agréer, Monsieur, l'expression de nos salutations antiracistes les plus déterminées. 

Memorial 98 

 

samedi 10 octobre 2015

Sérent: les anti-migrants harcèlent la mairie, faisons les taire.

" Il faut les mettres au four" ( sic). Voilà où en sont les menaces sur la page " Pas de migrants à Serent", page dont l'animateur se disait " pas d'extrême-droite" au journal Le Télégramme , il y a quelques jours. Si peu d'extrême-droite qu'il poste entre autres des vidéos du site proche de Soral "Independenza Web Tv".  Quant au maire de Sérent (56), les propositions d'attaque à son encontre postées sur la page vont des œufs pourris au pétage de gueule. 

Il y a pas mal de monde sur cette page, alors qu'il s'agit d'un sujet local concernant une commune de 3000 habitants. Le maire et l’État envisagent d'y installer quelques familles de réfugiés dans un bâtiment public vide. Sur place, le projet ne rencontre pas une opposition démesurée, moins de trente personnes ont participé au premier rassemblement organisé par le FN, et beaucoup évidemment étaient des militants départementaux d'extrême-droite. 

Mais la page en question a été relayée dès sa création dans les réseaux de l'extrême-droite française, et on y trouve donc même des fascistes canadiens. Depuis quelques jours, le maire et les salariés de la mairie subissent une campagne d'intimidation d'envergure nationale: mails et coups de fils menaçants et insultants se multiplient, puisque la page Facebook, relayée par le principal site d'extrême-droite Fdesouche, par Résistance Républicaine satellite de Riposte Laïque et autres pages identitaires, a appelé au harcèlement. 

L'objectif de la campagne est double: faire peur aux habitants en leur présentant les migrants comme un problème et un danger direct. Mais aussi faire craindre aux autorités des troubles à l'ordre public ainsi que l'attaque des réfugiés et de leur lieu d'installation éventuel afin de faire annuler le projet. 

Ces craintes ne sont d'ailleurs pas infondées: les esprits s'échauffent sur la page,et les commentaires appelant à démolir les migrants ou prédisant que "la maison des migrants va pas durée longtemps" ( sic ) sont applaudis, de même que ceux appelant à les pendre eux et le maire " aux crochets d'un abattoir".



En Allemagne, cette ambiance de surchauffe haineuse sur les réseaux sociaux aboutit à des attaques incendiaires contre les centres de réfugiés, mais aussi à des campagnes d'intimidations musclées contre les élus qui veulent accueillir des migrants. En France, à Calais, des commandos armés véhiculés tabassent régulièrement des migrants

Le raciste qui a créé la page " Pas de migrants à Serent" et ses collègues de la France entière ont déjà marqué un point: les médias titrent "Polémique à Sérent" , alors que la "polémique" est en réalité une campagne concertée menée par l'extrême-droite, du FN aux néo-nazis assumés. Une campagne qui ne se fonde pas sur une réalité locale, mais sur la puissance des réseaux fascistes extérieurs. 

Mais le mouvement de solidarité avec les migrants est aussi puissant , notre seule faiblesse étant notre manque d'organisation. Les seuls combats perdus d'avance sont ceux qui ne sont pas menés. 



Premier objectif: faire fermer cette page de haine raciste, qui appelle ouvertement à mettre les gens au four. Signalons là massivement à Facebook. Il suffit de se rendre sur la page ( https://www.facebook.com/pasdemigrantaserent ) puis de cliquer sur le signe    visible sur l'en-tête de la page, apparait alors un menu, cliquer sur "Signaler" et suivre les indications. 

Et ne nous arrêtons pas là: à l'heure où le gouvernement déclare souhaiter créer de nouveaux instruments légaux contre le racisme, exigeons qu'il mobilise déjà les outils existants. Pourquoi l'auteur d'une page qui appelle à tuer des migrants ou à tabasser un élu n'est-il pas inquiété immédiatement, ainsi que les commentateurs qui menacent ouvertement et en utilisant leur vrai nom ?
Posez la question à la plateforme de signalement internet du gouvernement en joignant notre article: il suffit de cliquer ici.

Puis tenez au courant des réponses que vous recevez en nous contactant memorial.infos@gmail.com ou sur Facebook .

https://www.facebook.com/serentterredaccueil
ET soutenez le collectif "Serent Terre d'accueil", qui organise samedi 17 octobre à 14h30 un rassemblement pour l'accueil des réfugiés devant la mairie. Leur page Facebook est ici, à liker sans modération


Les braillements de haine se renforcent avant tout lorsque le silence les entoure. A Sérent, comme ailleurs, ne laissons pas le racisme triompher.