jeudi 19 septembre 2019

Soral condamné à nouveau pour antisémitisme : assez de protections, il doit exécuter ses peines.

2 octobre: nouvelle condamnation
Soral de nouveau condamné à de la prison ferme, ce 2 octobre à Paris, cette fois à une peine d'un an pour avoir qualifié le Panthéon de «déchetterie casher» dans une vidéo sur son site. 
La même question revient : quand ce multi-récidiviste purgera-t-il enfin ses peines?

Soral a été reconnu coupable d'injure publique antisémite et de provocation à la discrimination, la haine ou à la violence envers les Juifs. Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet, dénonçant sa «haine obsessionnelle persistante» et «sans la moindre inhibition» envers les juifs. Alain Soral ne recule pas «devant le fait de salir et de poursuivre par-delà la mort» les victimes du nazisme, «par le choix de ses mots qui sont la prolongation d'actes de mort et qui sont en eux-mêmes actes de haine et de provocation», a estimé le tribunal dans sa décision. 
Les juges ont également dénoncé le fait qu'il cible un jeune public par le biais de son site «Égalité et réconciliation», cherchant «à en imposer sur la base d'un vernis de culture prétendument ''sérieuse'', et à recruter pour son officine du même nom.
«On a toute la famille Veil qui vient d'y rentrer, et puis là ils veulent peut-être presque nous mettre Lanzmann» (ancien résistant et réalisateur du documentaire Shoah), «c'est une véritable déchetterie casher», avait déclaré Soral dans une vidéo postée après l'inhumation de Simone Veil et de son époux Antoine au Panthéon, le 1er juillet 2018.
Le tribunal a également ordonné le retrait de la vidéo lorsque la condamnation sera définitive.
Lors de l'audience, son avocat Damien Viguier, lui-même déjà condamné pour complicité d' incitation à la haine ( voir ci-dessous) avait affirmé que «les propos de Soral sont de la provocation, pas des actes appelant à la violence».
MEMORIAL 98

Ce 19 septembre 2019 nouvelle condamnation de Soral à 18 mois de prison ferme. Exécutera-t-il enfin ses peines ou sera-t-il encore protégé par le procureur de Paris, comme pour sa peine précédente de un an ferme ?

Soral a été condamné ce jour à 18 mois de prison ferme et 6 mois avec sursis. Il s'agit cette fois d'un "rap antisémite" violent sous prétexte de "Gilets jaunes" 
Dans le clip de ce rap, une pancarte contenant le nom de Rothschild était jetée au feu. Des photos de Bernard-Henri Lévy, Jacques Attali ou encore Patrick Drahi étaient aussi envoyées au bûcher. Le rappeur appelait à « virer » Rothschild, Attali et BHL, les qualifiant de « parasites ».
Les associations qui avaient assigné ce néo-nazi se félicitent à juste tire du verdict. Elle évoquent également une "fin de l'impunité de Soral". ce n'est hélas pas le cas

En effet, à ce stade, malgré plusieurs condamnations à des peines fermes, dont une avec mandat de dépôt, il est toujours en liberté. C'est le résultat des manœuvres du procureur de Paris, Rémy Heitz, qui a rejeté et bloqué le mandat de dépôt décidé par le tribunal le 15 avril dernier ( voir ci dessous) .

L'actualité récente a montré à quel point l'activité antisémite et négationniste de Soral  joue depuis longtemps un rôle crucial dans l'élaboration et la diffusion de cette propagande haineuse. C'est le cas dans l'affaire Yann Moix, qui a longtemps coopéré avec lui ( voir ici )
                                              Soral avec Yann Moix et l'écrivain antisémite Nabe

C'est le cas également pour Tariq Ramadan qui ose comparer son propre sort à celui du capitaine Dreyfus ( voir ici) . Or il a coopéré avec Soral et Dieudonné et a même défendu leur quenelle néo-nazie
                                      Tariq Ramadan avec Dieudonné et Soral

Soral doit enfin exécuter sa peine. Son impunité de fait bafoue la justice et encourage les antisémites, racistes et négationnistes à poursuivre leurs méfaits.

MEMORIAL 98

Qui protège Soral? Qui craint de mettre en œuvre la loi contre la contestation des crimes contre l'humanité?
Le 15 avril dernier, Soral était condamné à un an de prison ferme pour contestation de la Shoah et le tribunal y ajoutait un mandat  de dépôt. 
On s’attendait donc à ce qu’il soit rapidement appréhendé et emprisonné, en conséquence du mandat de dépôt.
 Ce dernier est particulièrement justifié chez un multirécidiviste, déjà condamné à un an de prison ferme en janvier 2019. Il s’agissait alors de sanctionner ses propos suivants : "Entre le peuple juif et le reste de l'humanité, le combat ne peut être que génocidaire et total..." (voir ci-dessous pour ses différentes condamnations). Il a encore sévi récemment à propos des attentats dans les mosquées de Christchurch

Mais cela ne sera pas le cas tout de suite: le parquet de Paris a interjeté appel du mandat d’arrêt et refuse de l'exécuter, alors même que cet appel n'est pas suspensif.
Déjà lors du procès, le parquet avait réclamé seulement six mois de prison ferme. La 13chambre du tribunal de grande instance de Paris avait doublé cette peine, en raison de la gravité de la contestation de l’existence de la Shoah.

A l’origine de cette décision de justice, la publication sur  le site de  Soral « Égalité et réconciliation, » en novembre 2017, de la plaidoirie de son avocat, Damien Viguier – également condamné, ce lundi, à 5 000 euros d’amende pour complicité –, dans une autre affaire datant d’avril 2016. Viguier est également un conférencier du groupe de Soral

Soral avait alors mis en ligne sur son site un dessin représentant une fausse « une »  titrée « Chutzpah Hebdo » et illustrée par le visage de Charlie Chaplin posant une question, dans une bulle, « Shoah où t’es ? », en référence à la Une nauséabonde de Charlie Hebdo après les attentats de Bruxelles, « Papa où t’es ? » qui faisait référence au génocide des Tutsi et au chanteur Stromae.


En toile de fond, une étoile de David, une chaussure, une perruque, une lampe et un savon. Le terme Chutzpah (qui signifie « insolence » en hébreu et yiddish) est clairement antisémite dans ce contexte, car il induit que les Juifs ont l’insolence de mettre en avant le génocide dont ils ont été victimes.

« Propagande de guerre »

« Chaussure et cheveux (de Juifs exterminés NDLR) font référence aux lieux de mémoire organisés comme des lieux de pèlerinage. On y met en scène des amoncellements de ces objets, afin de frapper les imaginations », avait plaidé Me Viguier en 2017 faisant référence au camp d’Auschwitz. « La coupe des cheveux se pratique dans tous les lieux de concentration et s’explique par l’hygiène », avait-il ajouté avant de citer le négationniste Robert Faurisson. ».
Pour cette publication négationniste, Alain Soral a par ailleurs été définitivement condamné le 26 mars, après le rejet de son pourvoi en cassation, à payer une amende de 10 000 euros avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement.
Le site de Soral et toute son activité représentent un concentré de haine antisémite, de négationnisme, d'homophobie et de sexisme ( voir les références à la fin de l'article). 

Il faut rappeler l’horreur antisémite de ses gestes de profanation : il s'était fait photographier, en 2013, en train de faire le geste de la "quenelle", soit un salut nazi, au Mémorial de la Shoah à Berlin.

 

Le procureur de Paris, chef du Parquettente de justifier sa décision par l’argutie judiciaire suivante :
« Alain Soral a été condamné pour une infraction prévue par l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 sur la presse à la peine d’un an de prison par le tribunal correctionnel qui a décerné mandat d’arrêt à son encontre sur le fondement de l’article 465 du code de procédure pénale. L’article 465 vise expressément les délits de droit commun et les délits d’ordre militaire. Le mandat d’arrêt décerné étant dépourvu de base légale, je vous confirme que le parquet a interjeté appel de la décision sur le mandat d’arrêt (appel limité à la délivrance par le tribunal du mandat d’arrêt et ne concernant pas la peine d’un an de prison) »,
Or le procureur n’a pas à décider si une décision de justice doit être appliquée ou non, surtout quand il s'agit de contestation de crime contre l'humanité, selon la loi . Ce procureur semble réticent à l'idée de mettre en application cette loi de 1990, dite loi Gayssot, qui pénalise la contestation de crimes contre l'humanité dont la Shoah. C'est une loi équivalente que demandent les associations arméniennes afin de combattre le négationnisme à propos du génocide de 1915.
Le négationnisme est mis en place par les génocidaires eux mêmes et constitue, avec l’impunité des bourreaux,  une incitation à de nouveaux massacres.
Le but des génocidaires, en tout temps et en tout lieu, ne consiste pas seulement à assassiner les vivants, mais aussi à nier à tout jamais leur existence.

C’est pour cette raison que les négationnismes sont consubstantiels aux génocides. En niant, il ne s’agit pas seulement d’une tentative faite par les assassins pour échapper aux conséquences de leurs crimes. Au même titre que les massacres physiques de masse, la négation est au service du but final : effacer de l’histoire et de l’humanité une partie des hommes et des femmes qui la constituent.

Dans un communiqué commun SOS Racisme, LICRA, MRAP, J’Accuse, UEJF déclarent à juste titre
« Le mandat d’arrêt contre Alain Soral doit être exécuté d’urgence !
Les associations antiracistes demandent de toute urgence au Procureur de la République de mettre à exécution le mandat d’arrêt décerné contre Alain SORAL pour contestation de crime contre l’humanité le 15 avril 2019.
Depuis 10 jours, l’antisémite Alain SORAL est sous le coup d’un mandat d’arrêt par décision de la 13ème chambre correctionnelle du TGI de Paris à la suite de sa condamnation pour contestation de crimes contre l’Humanité.
A ce jour, la justice n’a toujours pas exécuté la décision.
Pire encore, nous avons appris que le Parquet de Paris avait décidé de faire appel de ce mandat d’arrêt au motif qu’il ne respecterait pas les dispositions du code de procédure pénale sur le mandat d’arrêt.
Cette décision d’appel est un scandale inédit et renvoie à nos concitoyens l’idée que la condamnation de l’antisémitisme et du racisme en France n’est jamais appliquée dans les faits.
Ce d’autant que seuls les délits politiques sont exclus des dispositions relatives au mandat d’arrêt. La contestation de crime contre l’humanité n’est et ne pourra jamais être considérée comme un délit politique.
Nous demandons que soit mis fin à ce double scandale qui voit une décision de justice demeurée inappliquée et même contestée par l’autorité de poursuite qui se retrouve à défendre les intérêts de SORAL plutôt que la société.
Cet appel n’étant pas suspensif, nous demandons l’exécution immédiate de la décision de justice rendue contre Alain SORAL et le désistement de l’appel interjeté par le Parquet pour des raisons politiques.
Alain SORAL tiendra le 4 mai au vu et au su de tout le monde une conférence publique à Mulhouse. Nous demandons au Procureur de la République de Mulhouse de faire procéder à l’arrestation d’Alain SORAL conformément au jugement et à la Loi. »

Autres condamnations récentes de Soral:
 
17 janvier 2019 Le néo-nazi Soral enfin condamné à une peine de prison ferme d'un an pour ses insultes à l'encontre d'une magistrate et pour des propos appelant au génocide des Juifs; il avait ainsi écrit sur son site" Égalité et Réconciliation"  :
"Entre le peuple juif et le reste de l'humanité, le combat ne peut être que génocidaire et total..."
"Les Juifs sont dominateurs, manipulateurs et haineux..."  

Ceux qui soutiennent la "liberté d'expression" de ce propagateur multirécidiviste de haine homicide (voir ci-dessous) se rendent complices de ses appels aux meurtre. 

Ceux qui comme Étienne Chouard, justifient et excusent Soral se font avec lui propagateurs de l'antisémitisme exterminateur. La caution apportée à Chouard par le député LFI François Ruffin constitue une très lourde faute.

Alors que le néo-nazi prétend soutenir les Gilets Jaunes et organise un meeting de toute la racaille antisémite de ce pays le 19 janvier, nous répétons: la place de Soral est en prison.


Pour ce qui représente sans doute une des profanations les pires de sa carrière d'antisémite et de "national-socialiste" revendiqué, Soral a été condamné le 12 mai 2015 à une amende de 10000 Euros pour injures à caractère racial (amende réduite ensuite à 5000 Euros en appel) et 14.001 euros de dommages et intérêts au profit des sept associations qui s'étaient constituées parties civile.

Il faut rappeler l’horreur antisémite de son  geste: il s'était fait photographier, en 2013, en train de faire le geste de la "quenelle", soit un salut nazi, au Mémorial de la Shoah (ci-dessous) à Berlin.
La quenelle n'est pas seulement un "salut nazi inversé" ou pire encore d'un geste " contestataire”. Il s'agit en fait d'un salut néo­nazi tout court, la différence avec le salut nazi classique réside avant tout dans le regard de la société qui le reçoit. Or aujourd'hui, une partie de notre société ne perçoit plus l'antisémitisme comme tel. Il faut une croix gammée, un appel ouvert à mettre les gens dans les chambres à gaz, une référence appuyée au nazisme historique, pour avoir encore un minimum de réaction.
A l'audience le 12 mars dernier, Soral avait soutenu que cette photo n'était pas destinée à circuler "au-delà d'un cercle d'amis". 

Quant au geste de la quenelle, inventé par son ami Dieudonné, Alain Soral a soutenu l'avoir d'abord fait en signe de ralliement au "fist-fucking", car le Mémorial serait selon lui  devenu  un lieu de rendez-vous homosexuel. On retrouve les thématiques habituelles développées par le duo nazi, dont un exemple récent montre l’escalade dans l'abjection.

D'ailleurs Soral a été aussi condamné aujourd'hui à 4000 euros d'amende pour des propos tenus dans un livre dont il est co-auteur avec Eric Naulleau. Liant homosexualité et pédophilie, il avait cité le nom de Pierre Bergé. Connu pour son homosexualité, l'homme d'affaires l'avait fort justement fait citer en justice. Outre l'amende, le tribunal correctionnel a condamné Alain Soral a verser à Pierre Bergé 10.000 euros de dommages et intérêts pour" diffamation publique en raison de l'orientation sexuelle". Eric Naulleau, compère de Zemmour et  co-auteur de ce livre d'échanges, échappe à toute condamnation.

Au-delà de cette interprétation "privée", Soral avait ajouté à l'audience  une interprétation "publique". La "quenelle" constituerait '"un geste d'insoumission envers les manipulateurs sionistes de la Shoah". Il répétait ainsi la ligne de défense de tous les négationnistes, dont Robert Faurisson, invité d'honneur des meetings-spectacles de Dieudonné depuis 2008. 

Trois anciens déportés juifs, présents à l'audience et cités comme témoins, lui avaient opposé leur indignation. "Je n'aurais jamais pensé que quelqu'un dans ce lieu puisse faire autre chose que de penser, de se recueillir", avait notamment dit Isabelle Choko, 86 ans,  qui fut déportée au camp d'Auschwitz-Birkenau.

Le tribunal correctionnel donc a rejeté les arguties de Soral, en établissant le caractère antisémite de son geste selon les termes suivants:
«La personnalité même d'Alain Bonnet, dit Soral, telle que perceptible dans ses écrits ou prises de position publiques antérieurs, fragilise, pour ne pas dire prive de toute portée, ses dénégations réitérées quant aux accusations d'antisémitisme dont il ferait injustement l'objet... Dès lors, la photographie «ne peut être perçue que comme une injure visant la communauté juive dans un de ses lieux les plus symboliques et les plus sacrés».

Le prétendu "dissident" n'est qu'un vulgaire antisémite qui devra un jour rendre justice de ses actes, bien au delà des maigres condamnations financières.


Quelques jours après avoir été invité par Poutine, le néo-nazi est condamné par le tribunal de Paris aujourd'hui 14 juin 2016 à 6 mois de prison avec sursis. Le tribunal considère qu'il y a de sa part "apologie de crimes de guerre et contre l'humanité" pour des propos abjects visant Beate et Serge Klarsfeld, regrettant qu'ils n’aient pas été exterminés par les nazis.
Le tribunal est allé au delà des réquisitions du procureur qui avait réclamé trois mois de prison avec sursis, jugeant les propos poursuivis "outrageants, insultants, non seulement pour les époux Klarsfeld mais aussi pour les enfants des déportés et toutes les victimes de l'Allemagne nazie". "C'est un message clairement antisémite", avait dénoncé le procureur.
Soral échappe encore néanmoins à de la prison ferme. 

Soral, businessman de la haine et responsable d'actes antisémites

Comme son acolyte Dieudonné, Soral, démagogue enragé, est  un profiteur cupide prêt à tout pour faire prospérer son commerce de la haine. Mais il porte surtout un  très lourde responsabilité dans le développement des actes antisémites de ces dernières années dans le pays. Son incessante propagande haineuse crée le terreau d'où naissent les violences et profanations qui se multiplient dans une spirale constante.
Sa place est en prison.
Mise à jour 

MEMORIAL 98 

Articles et dossiers supplémentaires de Memorial 98 concernant Soral ( et Dieudonné) ci-dessous sur ce site et sur www.memorial98.org :

Face à la liste antisémite de Dieudonné, Soral et Gouasmi.

Dieudonné, Faurisson, Le Pen : décryptage. 

Dans ce dossier sur le "détail" des chambres à gaz http://www.memorial98.org/article-19187964.html 

extrait concernant la surenchère de Soral sur les propos de Jean-Marie Le Pen:

"Par contre Alain Soral, en posture d'idéologue, porte-parole du prétendu « lepénisme de gauche », ami et mentor de Dieudonné, en rajoute dans l'antisémitisme violent et déclare :

« ... Monsieur Le Pen a profondément tort, la chambre à gaz est tout sauf un point de détail, c'est même aujourd'hui, plus qu'hier encore, la religion, le dogme autour duquel tourne toute l'époque contemporaine. Dans l'ordre du sacrifice fondateur, la chambre à gaz a remplacé la croix du christ...
... Aujourd'hui, dans ce climat de judéomanie délirante - une judéomanie délirante et suspecte qui tient plus de l'esprit de la Collaboration que du combat pour le bien et l'amour des hommes - plus les souffrances de la guerre s'éloignent, plus c'est la seconde guerre mondiale toute entière qui devient un détail de la chambre à gaz !... »"

  
MEMORIAL 98

mardi 17 septembre 2019

La forfaiture de de Macron contre les droits des migrants et de leurs familles.



Mise à jour du 7 octobre: le regroupement familial à nouveau mis en cause.



Alors que va s'ouvrir le débat sur l'immigration à l'Assemblée nationale voulu par Macron, il apparaît que ce dernier veut également s'attaquer au droit au regroupement familial des immigrés résidant régulièrement dans le pays.
 Ce droit de vivre en famille est reconnu par de nombreuses conventions internationales. Il est néanmoins souvent entravé par la multiplication des obligations matérielles qui réduisent son autorisation. C'est pourquoi il n'a concerné que 12 000 époux et enfants d'immigrés en 2018, sur 90 000 autorisations de séjour pour raisons familiales. La majorité de ces autorisations concerne en fait des français qui font venir leur épouse. 
Malgré ce faible volume le regroupement familial sert depuis longtemps de thème d'agitation au FN/RN: Marine Le Pen réclame un référendum afin de le supprimer. La droite LR est en voie d'alignement suivant en cela la ligne de Sarkozy puis de Wauquiez.

C'est devant ce totem raciste que Macron veut s'incliner et entraîner avec lui les députés LREM, dont certains résistent (voir ci-dessous) 
#nelaissonspasfaire

MEMORIAL 98



Mise à jour du 25 septembre 2019:
Emmanuel Macron ouvre une offensive globale contre les migrants et les demandeurs d'asile. Il offre un boulevard au RN en déclarant: 
 " On a une explosion des entrées qui sont liées au sujet sanitaire, avec des gens qui viennent pour se faire soigner en France. Ce sont des phénomènes qu'on doit regarder et auxquels on doit apporter une réponse..." ( voir ci-dessous sur les intox sexistes de Stanislas Guérini)

La députée LREM Delphine Bagarry ( ci-dessous) a réagit fortement au discours de Macron le 16 septembre.  Elle l'a commenté en ces termes

«J’avais l’impression d’écouter non pas l’homme de la campagne présidentielle mais un responsable du Front national», s’indigne la députée  qui se dit «choquée» par le contenu de ce discours.
Elle est maintenant convoquée et menacée par Stanislas Guérini, délégué général de LREM, qui a lancé l'intox sur les prothèses mammaires à visée esthétique prétendument remboursées par l'aide médicale d’État ( voir ci-dessous)
Cette députée fait partie d'un groupe de parlementaires qui a publié une déclaration s'opposant à la ligne de durcissement et d'exclusion prônée par Macron.


MEMORIAL 98
 
"L'immigration est une chance ... ça ne devrait pas inquiéter la population française . Déclaration d'Emmanuel Macron, alors candidat à l’élection présidentielle, le 2 mars 2017"
Quelques semaines plus tard il était élu face à Marine Le Pen car des millions de personnes s'étaient mobilisées afin de battre la candidate du Front National ( ci-dessous notre contribution de l'époque )

Cela rend d'autant plus scandaleuse sa volte-face qui revient à légitimer les thèses de l'extrême-droite et de plus à stigmatiser les couches populaires qui en seraient porteuses. 

Macron veut durcir encore la politique gouvernementale en matière d’immigration et d’asile. Comme souvent dans ce cas le prétexte avancé est celui de l’influence du Rassemblement national dans les milieux populaires. 
Lors de la réunion de la majorité LREM du 16 septembre il ainsi déclaré:   "Nous n'avons pas le droit de ne pas regarder ce sujet (de l'immigration) en face", adoptant une ligne beaucoup plus dure sur ce sujet alors que jusqu'ici il défendait  le droit d'asile. "Je crois en notre droit d’asile, mais il est détourné de sa finalité par des réseaux, des gens qui manipulent. Si nous ne le regardons pas en face, nous le subirons. Cela donne quoi ? Des quartiers ou le nombre de mineurs non accompagnés explose", a-t-il averti, selon un participant.
Selon lui, "la question est de savoir si nous voulons être un parti bourgeois ou pas. Les bourgeois n'ont pas de problème avec cela: ils ne la croisent pas. Les classes populaires vivent avec", a-t-il souligné.
"La gauche n’a pas voulu regarder ce problème pendant des décennies. Les classes populaires ont donc migré vers l’extrême droite. On est comme les trois petits singes: on ne veut pas regarder".
"Vous n'avez qu'un opposant sur le terrain: c'est le Front national (devenu Rassemblement national, ndlr). Il faut confirmer cette opposition car ce sont les Français qui l'ont choisie. Il y a deux projets : celui du repli, faire peur ou bâtir une solution ouverte mais pas naïve", a-t-il conclu.
Ainsi celui qui apparaît comme le « président des riches », après avoir démonté l'ISF et baissé la fiscalité sur les revenus financiers, a recours à la démagogie la plus nauséabonde afin de justifier son choix de s’en prendre aux plus faibles et de les désigner comme cibles de la vindicte prétendument "populaire" .
Celui qui a accumulé les déclarations les plus méprisantes à l’égard des salarié.e.s  et personnes sans emploi ( "le pognon de dingue des aides sociales" ) se présente tout à coup comme voulant rompre avec les «  bourgeois ». Et pour cela il choisit non pas  une politique sociale mais le recours à la xénophobie censée le réconcilier avec le « peuple »  qu’il méprise tant.
Pour Macron, les pauvres sont débiles, illettrés et porteurs du virus fasciste.
Il avait déjà tenté ce type de diversion au moment du "grand débat" qu'il avait lancé en décembre 2018, pour faire face au mouvement des Gilets jaunes. A la surprise générale il avait mentionné l'immigration comme un thème central de ce débat, alors que ce sujet n'apparaissait nulle part dans les revendications et manifestations. Il avait d'ailleurs dû reculer sur ce thème, qui avait été abandonné. 
Sa fréquentation assidue de son prédécesseur Sarkozy  a sans doute une part dans ce tournant. L’ancien président, qui a sans cesse légitimé les thèmes du FN/RN et  créé un ministère de l’immigration et de l’identité nationale discourt partout sur le danger de l’immigration africaine et se réclame lui aussi du peuple, en déclarant « Le peuple dit: On ne peut pas accueillir toute l'immigration. Et c'est vrai »
La récente lune de miel de Macron avec Poutine joue également dans ce sens. Ce dernier, qui soutient tous les partis d’extrême-droite en Europe attaque frontalement sur le thème des migrants« qui peuvent tuer, piller et violer en toute impunité parce que leurs droits doivent être protégés », en qualifiant d’« erreur monumentale » la décision prise en 2015 par la chancelière allemande, Angela Merkel d’accueillir un million de réfugiés du Moyen-Orient, en majorité des Syriens. 

Un exemple immédiat de ce que signifie le tournant de Macron: intox raciste et sexiste sur les "prothèses mammaires" par le délégué général du parti présidentiel.

L’aide médicale d’État, créée en 2000 permet aux étrangers sans papiers ces, de bénéficier de soins médicaux pris en charge. C’est une mesure élémentaire d’humanité et également de santé publique. Elle est la cible permanente de la droite et de l’extrême-droite qui y voient une occasion facile de  taper sur les migrants et de faire croire qu’on peut ainsi économiser des sommes importantes.

Ainsi en juin 2018, le Sénat, a majorité de droite, voulait transformer l'aide médicale d'Etat, en une "aide médicale d'urgence" lors de l'examen du projet de loi asile et immigration. Agnès Buzyn avait alors protesté en déclarant :
 "L'amendement du Sénat réservant l'AME aux soins urgents est contraire à une politique de santé publique responsable visant à soigner le plus vite possible. Il ne peut aboutir qu'à l'engorgement des urgences, augmenter le coût des soins et favoriser l'émergence de maladies contagieuses", 
Or Stanislas Guérini, délégué général de La République en marche, député de Paris, membre du noyau fondateur de En Marche, très proche de Macron  a lancé une offensive sous forme de « fake news » à propos de prothèses mammaires prétendument remboursées par l’AME, dans le cadre d’opérations esthétiques. Interrogésur CNews, il déclarait : Il y aura un rapport sur l’AME dans peu de temps. J’entends qu’il puisse y avoir des abus d’utilisation de l’AME pour financer des prothèses mammaires. Là, on voit bien qu’on n’est pas dans une situation d’urgence. S’il y a des abus… Il faut être précis, eh bien nous corrigerons ces abus», explique-t-il. 

Pourtant, la ministre de la Santé Agnès Buzyn, interrogée le lendemain de cette déclaration explique ne pas savoir pourquoi Stanislas Guérini a «pris cet exemple». «Je n’ai aucune information particulière. […] Il y a toujours un travail pour lutter contre la fraude mais pas particulièrement les prothèses mammaires, je ne sais pas, je n’ai pas eu le temps de vérifier, et en tous les cas ça ne m’a pas été rapporté», ajoute-t-elle. 

La Caisse nationale d’assurance maladie explique que «les soins médicaux et hospitaliers sont pris en charge à 100%, dans la limite des tarifs de la Sécurité sociale, pour les frais d’hospitalisation et d’intervention chirurgicale», dans le cadre de l’AME. L’AME ne rembourse en fait que les prothèses mammaires prescrites pour raisons médicales. Cela comprend les implants mammaires «posés initialement au motif d’une chirurgie réparatrice pour raisons médicales», donc après un cancer, par exemple, ou dans certains cas de malformation mammaire. Mais en aucun cas pour des raisons esthétiques.
C’est donc par une campagne de mensonges sexistes et racistes à l’encontre des femmes victimes de cancers du sein qu’a été lancée l’offensive politique de Macron et de ses proches. Cela augure de mesures et de discours particulièrement mensongers et répressifs, aggravant le caractère délétère de la loi Collomb.

Face à cette agression, il y a une nécessité urgente de mise en place d’un large front des associations de défense, des syndicats et partis ainsi que de toutes les personnes qui se préoccupent du sort des réfugiés et migrants  

MEMORIAL 98

lundi 26 août 2019

Yann Moix: une obsession antisémite qui vient de loin.



13 septembre 2019
Malgré le soutien réaffirmé de Laurent Ruquier dans différents médias les mensonges de Moix s'effondrent les uns après les autres. Ainsi ses graves accusations contre son frère, qu'il a accusé de liens maintenus avec l'extrême-droite dont il serait la "taupe" contraignent l'animateur complaisant de ONPC à lire à l'antenne un droit de réponse de ce frère diffamé. 

2 septembre 2019
Mensonges et complaisances: l'entreprise de sauvetage médiatique de Moix se poursuit.
Les éléments de langage sont calés et la séquence de communication bien rodée. Les conseillers en communications de crise et son éditeur Grasset ont travaillé frénétiquement. 
Du coup Moix et son réseau de soutien veulent en rester à la soirée du samedi 31 août sur ONPC. Ce soir là, grâce à la complaisance de Laurent Ruquier   et de Frantz-Olivier Giesbert, islamophobe de service, Moix a pu dérouler sans encombre son plaidoyer. Celui-ci tient en quelques éléments de langage que nous avons déjà relevés mais qui sont maintenant systématisés: 
1)  concernant sa revue Ushoahia reconnaître uniquement des dessins, rebaptisés BD afin d'accentuer un aspect infantile. A l'inverse ne pas mentionner ses textes de l'époque.
2) jeter le trouble et le confusion sur ses rapports et collaborations avec des antisémites enragés, notamment sur les dates. Ainsi Moix dit qu'il a rompu avec Nabe en 2007 par un SMS injurieux. Mais c'est en 2007 également qu'il écrit une préface à une anthologie antisémite de Blanrue ( voir ci-dessous) 
3) prétendre qu'il était soumis à un chantage de ses amis négationnistes et antisémites qui connaissaient son passé et le "tenaient" . Il aurait donc été contraint de collaborer avec eux. De même la révélation de ses "dessins" antisémites de 1990 viendrait de ces milieux. Or c'est faux car ses acolytes ne disposaient pas des exemplaires d' Ushoahia même s'ils en connaissaient l'existence. Ainsi le dénommé Nabe en fait mention dans un livre de 2017 Les Porcs ( ci-dessous) mais sans reproduire la revue car elle n'est pas en sa possession

 4) Se vanter de sa qualité de "défenseur inconditionnel d'Israël" et du soutien indéfectible de Bernard-Henri Lévy. En réalité Moix ne défend pas l'existence d'Israël mais la politique de la droite extrême qui y est actuellement au pouvoir.
Il a ainsi déclaré sur ONPC qu'il avait publiquement approuvé la décision de Trump de déclarer Jérusalem capitale exclusive d'Israël et donc d'y transférer l'ambassade américaine. Cette décision, contraire à toutes les règles de droit international à propos de territoires occupés, constitue un cadeau de Trump, auteur lui même de nombreuses déclarations antisémites, à son ami Netanyahou
Après la pantalonnade de l'émission ONPC, Bernard-Henri Lévy a immédiatement publié sa déclaration de soutien, qui reprend les éléments de langage distillés par Moix 
On comprend dès lors que Moix et ses soutiens veuillent en rester là. C'est pourquoi ce dernier proclame qu' ô sacrifice, il cesse la promotion de son livre 
Mais, malgré ces manœuvres et manipulations, la discussion et l'enquête publique doivent se poursuivre. Il faut aller au bout des mensonges et dissimulations. La lutte contre l'antisémitisme est une cause trop cruciale pour qu'elle puisse être soumise aux accommodements avec la vérité, l'"âpre vérité"
   
MEMORIAL 98   
  

Mise à jour du 31 août
 Sur le plateau de l'émission ONPC diffusée ce jour Moix continue à louvoyer, à mentir et à minimiser ses amitiés et collaborations avec des antisémites enragés tels Nabe et Blanrue. Il "oublie " qu'il a préfacé l'anthologie antisémite de ce dernier (ci-dessous) en 2007 .

Sa ligne de défense est claire: d'une part reconnaître les faits les plus anciens  qu'il ne peut plus nier comme les dessins de la revue Ushoahia  qu'il choisit de renommer "bande dessinée" afin d'atténuer leur caractère d'extrême-violence.  et jeter la confusion sur le reste de ses activités beaucoup plus récentes. Sa tâche est facilitée par la complaisance de Laurent Ruquier qui l'avait choisi pour animer son émission et qui a par ailleurs invité dans son émission certains des copains de Moix dont Nabe. Ruquier plaide l'ignorance mais Moix ne peut pas y prétendre car il connaissait parfaitement  les positions de ses amis négationnistes et travaillait avec eux. 
Il faut maintenant que toute la vérité soit faite sur ce groupe de militants antisémites qui déversent depuis des années leur propagande nauséabonde. Notons ainsi que Soral condamné deux fois à un an de prison ferme pour ses publications négationnistes est toujours en liberté grâce à l'intervention du procureur de Paris.
Le privilège en matière de racisme et d'antisémitisme dont semblent jouir des "personnalités" et des écrivains (  tel Houellebecq récemment décoré de la Légion d'honneur par Macron mais également Zemmour  et également ...Hergé  ) ,  doit évidemment cesser.

Memorial 98 


Mise à jour du 29 août
Erreur de jeunesse comme le prétend Moix à propos de ses dessins et écrits négationnistes? Cette version est à nouveau démentie par une enquête du Monde qui montre qu'il a maintenu des amitiés très proches et des collaborations avec des auteurs antisémites enragés et revendiqués comme Nabe et Blanrue au moins jusqu'en 2013. Il avait alors 45 ans. C'est ce que nous montrions dès 2017 ( voir ci-dessous)

MEMORIAL 98

Yann Moix a ouvert une boite de Pandore en se présentant dans son livre Orléans comme la victime de ses parents violents. A cette occasion des pans entiers de son passé resurgissent.
C’est la cas de ses dessins et écrits ouvertement négationnistes et antisémites publiés dans une revue nommée Ushoahia ( délicate contraction de Shoah et Ushaia, ponctuée d'une étoile juive)  révélés par l’Express qui y a eu accès.
Selon sa tactique de défense habituelle, dans sa réponse à l’Express, Moix louvoie afin de se dédouaner. Il prétend d'abord qu’il a « seulement » réalisé des dessins (ci-dessous deux d’entre eux)  mais pas de textes. Or c’est bien son écriture qui figure sur ces textes ignobles. Ce mode de défense s'effondre face aux nouvelles révélations de l'Express qui prouvent qu'il est bien l'auteur des textes incriminés, contrairement à ce qu'il a d'abord prétendu. Moix est enfin de contrer de reconnaître dans Libération qu'il a lui-même écrit ces horreurs. Il se présente à nouveau en victime en déclarant: " Aujourd'hui, alors que ces dessins, ces textes sont ressortis, je me sens libre. Libéré de cette épée de Damoclès..." 

                                         Dessin de Moix à la Une de Ushoahia

Textes et dessins de Moix violemment négationnistes et antisémites dans la revue


Loin de se limiter à la période de cette revue des années 1990, comme le prétend Moix, sa proximité avec l’extrême-droite antisémite s’est prolongée pendant de longues années. C’est ce que Memorial 98 avait montré dès février 2017 (voir ici) 

En effet Yann Moix est un homme qui, tout au long de sa carrière, a très souvent croisé des membres des sphères antisémites et négationnistes les plus radicales, mais selon lui toujours malencontreusement, toujours "par hasard", toujours à l'insu de son plein gré .
                                Moix et Frédéric Chatillon

Ainsi en avril 2016, les sites d'extrême-droite antisémite s'amusent beaucoup en rediffusant un selfie de Frédéric Châtillon avec un Yann Moix souriant. Frédéric Châtillon est un des pivots qui relie le Front National, Marine Le Pen, et les mouvances soraliennes, dieudonnistes, et néo-nazies.
Ex- dirigeant du GUD, entrepreneur florissant, pro-Assad, violemment antisémite, Châtillon est  au cœur des enquêtes judiciaires qui secouent le FN. Il a joué un rôle central lors de la campagne présidentielle de Marine Le Pen en 2017.
                                          Frédéric Chatillon avec Dieudonné et Faurisson 

Que fait Yann Moix avec Frédéric Châtillon ? Rien, il l'a croisé « par hasard » à Rome et le fasciste a voulu faire un selfie avec lui. Yann Moix affirmait sur son compte Facebook avoir été piégé car il ne connaissait pas Châtillon.

Une explication plausible ? Pour d'autres oui, pour Yann Moix, elle pourrait sonner faux. 
                                        Soral, Nabe et Moix

En effet, ce n'est pas la première rencontre « accidentelle » de Yann Moix avec l'extrême-droite la plus assumée. Une autre au moins a été médiatisée : celle de sa signature en 2010, sur une pétition en faveur de Vincent Reynouard, néo-nazi et négationniste. La pétition fut initiée par Paul Eric Blanrue, figure des milieux d'extrême-droite et du royalisme depuis des dizaines d'années, hagiographe du négationniste Faurisson. L'immense majorité des signataires était issue des milieux fascistes les plus durs. Yann Moix qui s'affichait plus jeune avec Soral et l'écrivain antisémite Marc-Edouard Nabe avait certainement  déjà croisé une partie d'entre eux.

Là encore, Yann Moix affirmait s'être fait piéger. Il recourait pour l'occasion à une justification parfaitement ignoble : Paul Eric Blanrue lui aurait promis la signature de Robert Badinter, et finalement ce fut Robert Faurisson. Yann Moix s'appuie sur le fait que Badinter a toujours été contre la loi pénalisant le négationnisme pour expliquer sa « méprise ».

Or, qui peut penser que Robert Badinter aurait signé avec les négationnistes et les néo-nazis qui le poursuivent de leur haine depuis des années ? Moins de trois ans avant cette pétition, en 2007, Faurisson a ainsi osé traduire Badinter en justice devant le tribunal pour « diffamation ». Pendant l'audience Badinter se retourne vers Faurisson et lui dit "Pour moi, jusqu'à la fin de mes jours, jusqu'à mon dernier souffle, je me battrai contre vous et vos semblables. Vous serez toujours des faussaires de l'histoire" .

Yann Moix qui prétend se battre contre l'antisémitisme de toutes ses forces, peut-il ignorer ces choses là ?  A part les journalistes de Droites Extrêmes, personne ne posa la question.

Personne et surtout pas Laurent Ruquier qui embaucha Yann Moix pour «  On n'est pas couchés » en 2015. Or juste avant le lancement de l'émission, Paul Eric Blanrue sortait sur son blog un exposé de sa longue relation avec Moix. Encore une fois, celui-ci prétendait n'avoir jamais entendu Blanrue parler d'antisémitisme... chose tout à fait extraordinaire à propos d'un homme qui a fait de l'antisémitisme sa profession. Yann Moix prétendait avoir rompu avec Blanrue après l'affaire de la pétition.  Mais Blanrue a publié des mails  que lui a adressé Moix, postérieurs de plusieurs années à la pétition de soutien à Reynouard.

A retracer tous ces "malheureux hasards" des rencontres entre Yann Moix et l'extrême-droite la plus dure, évidemment ses propos admiratifs sur la dictature de Corée du Nord et son envolée contre les « racailles » sont moins étonnantes.

Une question demeure : parmi mille chroniqueurs possibles, mille écrivains de talent, pourquoi Laurent Ruquier et d'autres ont-ils choisi Yann Moix, qui est pour le moins dans un rapport ambigu avec les fascistes assumés ? L’autocritique de Ruquier sur la promotion qu’il  a offert pendant  des années à Zemmour apparaît comme une parade hypocrite.  En duo avec ce dernier Ruquier avait d’ailleurs aussi choisi Eric Naulleau qui a publié un livre de dialogues avec Soral.


La question ne se pose pas que pour Yann Moix, mais pour l'ensemble des intervenants qu'on voit partout et qui suscitent ces moments de « gêne » lorsqu'ils dévoilent le fond réel de leur pensée, et qui sont pourtant maintenus à l'antenne, à commencer par Eric Zemmour.

Yann Moix se prétend passionné par le judaïsme et dit avoir appris l'hébreu et le Talmud. Mais il semble surtout fasciné par les pires propos et militants antisémites, tout en dissimulant ces contacts nombreux et répétés.

Toute la vérité doit maintenant être faite sur le parcours politique de Yann Moix et la complaisance dont il a bénéficié tout au long de sa carrière médiatique, de la part de ceux qui étaient pourtant informés de ses dérives constantes.

Memorial 98  

Voir d'autres textes et dossiers de Memorial 98: