lundi 16 décembre 2019

Mélenchon diffuse le poison de l'antisémitisme


Le cancer de l'antisémitisme à gauche poursuit ses méfaits. Après avoir dévoré la gauche britannique en raison de la politique de Corbyn (voir ci-dessous), il est maintenant relayé par Jean-Luc Mélenchon.

                                          
                  Manifestation contre l'antisémitisme au sein du Labour

Suite à la défaite du Labour lors des élections législatives, le chef de la LFI joue la surenchère nationaliste et raciste, dans un texte largement diffusé et que nous reproduisons ci-dessous.
Il attribue ainsi aux "communautaristes" juifs britanniques la défaite de la gauche. Sa critique violente et injurieuse à l’encontre de Corbyn, qu'il portait aux nues précédemment, est notamment que ce dernier se serait trop excusé face aux accusations d’antisémitisme dans le Labour. 
Ces excuses auraient découragé "l'électorat populaire", ainsi désigné lui-même comme antisémite. Selon Mélenchon, ces mises en cause sont uniquement issues d’un complot du premier ministre israélien Netanyahou et de ses relais en Grande-Bretagne. Plutôt que de se pencher sur ce grave problème qui a touché le Labour depuis plusieurs années, comme mentionné dès 2016 ici, il choisit une explication complotiste et manipulatoire.
  
Mélenchon poursuit par une diatribe particulièrement nauséabonde, dans laquelle il nomme ses ennemis et cibles, dont les Juifs du CRIF.
Il écrit: " Retraite à point, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogante des communautaristes du CRIF : c’est non. Et non c’est non ». 
En plein mouvement social sur les retraites,  Mélenchon aligne ainsi le CRIF à côté de la retraite à points, dans une énumération à priori incohérente.
 Il renforce l’aspect conspirationniste de son propos qui prend la dimension d’un « complot juif » international organisé afin de peser sur les scrutins et sur la démocratie en France, Grande-Bretagne et sans doute dans bien d'autres pays, selon lui.
Quelques jours après avoir félicité Marine Le Pen pour son "humanisme"   face à la réforme des retraites, Mélenchon franchit ainsi toutes les limites d'une politique de gauche.

Il s’agit d’un choix délibéré de posture complotiste et de division. Mélenchon est en l’occurrence un acteur actif du poison antisémite qui a déjà fait tant de dégâts mortels dans la gauche et la société.
Certains à gauche se taisent lâchement ou tentent de défendre le chef de la LFI, en prétendant qu’il critique seulement les positions politiques du CRIF, qui relaierait celles du gouvernement israélien. 
Mais le choix de ses termes prouve le contraire: la «  génuflexion » dont il fait mention est un classique antisémite, selon lesquelles les nations seraient contraintes, par la ruse et la force, de se mettre à genoux devant les Juifs et leur puissance occulte et "arrogante" selon les termes de Mélenchon à propos du CRIF ("oukase arrogante")
De même pour le terme « communautariste » utilisé par la droite et l’extrême-droite et Macron pour stigmatiser les minorités qui se défendent contre les attaques dont elles sont victimes. 
En fait, le CRIF est ici un terme codé qu'il utilise afin de  désigner un prétendu « lobby juif » agissant en France et en Grande-Bretagne.
On est loin du quidam qui peste devant son ordinateur et relaye des propos racistes et antisémites. Mélenchon est un dirigeant politique majeur qui jouit d’une audience massive, à gauche (bien qu’il rejette ce terme) et bien au delà. Il a ainsi plus d’un million de followers sur Facebook, qui ont été exposés à sa diatribe. 
Ses propos ont comme conséquence directe de renforcer un antisémitisme déjà très actif en France, en Europe et dans le monde. Il ne faut donc pas se taire ou détourner le regard, quelque que soient les prétextes de ce silence honteux. Se taire c’est approuver, ou considérer que tout cela n’a pas d’importance. 
Ni le mouvement social en cours sur les retraites, ni le front unitaire en défense de ce mouvement, ni les futures alliances municipales ne peuvent justifier l’attentisme.
Il ne s’agit pas ici des aigreurs de Mélenchon, ou de son mauvais caractère, ou de son combat singulier contre la direction du CRIF. 
Il ne s’agit pas non plus de déterminer si dans son for intérieur, Mélenchon est antisémite ou pas, comme le fait le journaliste Claude Askolovitch Ce dernier répond par immédiatement la négative, car " il le connaît" et choisit de mettre en avant des explications psychologiques et tenant au caractère de l’intéressé.
Les propos écrits de Mélenchon sont sans conteste de caractère antisémite, ils produisent déjà d’énormes dégâts.
Il faut donc les combattre afin de faire reculer ce racisme mâtiné de complotisme, ingrédient qui permet de le faire circuler encore plus massivement.

Le discours sectaire et antisémite de Mélenchon doit être fermement dénoncé et rejeté par tous les antiracistes et par toutes toutes les forces de gauche, y compris bien sûr par les militantEs de la LFI. 
Qui peut accepter une telle reprise de thèmes antisémites, qui placent les Juifs au centre de complots internationaux ? Rappelons que lorsque François Ruffin, député LFI, a congratulé l’antisémite et négationniste Etienne Chouard à propos du référendum RIC, de nombreuses voix se sont élevées et l’ont contraint à un recul, même si celui-ci a été partiel. 

Ce n'est certes pas la première fois que Mélenchon tient des propos douteux dans ce domaine, comme nous le rappelons ci-dessous, mais cette fois-ci il s'agit d'une autre dimension qui relaye le thème antisémite fondateur du "complot juif" international .

La gauche, héritière et porteuse du combat contre l'antisémitisme depuis l'affaire Dreyfus, après avoir erré et hésité en la matière, doit absolument  faire le ménage dans ses idées et son langage pour en bannir toute immondice de ce genre. Il en va de l'avenir du projet d'émancipation humaine.

   
Concernant la direction du CRIF et son action fautive lors de la marche en mémoire de Mireille Knoll  le 28 mars 2018, nous écrivions à l’époque (voir ici ) « Marine Le Pen peut remercier les dirigeants du CRIF.  En appelant à exclure Jean-Luc Mélenchon, mis dans le même panier que le parti de la continuité antisémite qu'est le FN, ils ( les dirigeants du CRIF NDLR) ont sorti la dirigeante du FN de son isolement et contribué à banaliser la continuité antisémite de son parti. C'est là que réside leur faute. Au passage, ils ont exonéré Laurent Wauquiez de ses turpitudes alors que sa première mesure, en tant que président de Conseil régional, a consisté à réduire la subvention de Mémorial des enfants juifs d’Izieu déportés par Klaus Barbie.

Pour autant, il ne faut pas cacher ni oublier que, à plusieurs reprises, Jean-Luc Mélenchon a manifesté des ambiguïtés dans la lutte contre l'antisémitisme, en sous-estimant la gravité de propos qui en relevaient.
Nous avions mentionné ce problème dès 2011 après des déclarations à l'époque de Christian Jacob contre DSK, puis à nouveau lors de sa polémique douteuses contre les propos "pas français" de Pierre Moscovici en 2013. Plus récemment en 2017, il a défendu la position calamiteuse de François Mitterrand à propos de la responsabilité des autorités françaises dans la déportation des Juifs. "  

Le texte de Mélenchon 
13 décembre, 12:00 · 
CORBYN : LA SYNTHÈSE MÈNE AU DÉSASTRE

J’avoue que je ne suis pas étonné par le terrible revers électoral du parti travailliste et de Jeremy Corbyn. Il doit servir de leçon.

Première leçon : l’avant-gardisme bien-pensant ne mène nulle part. Ils ont fait du Tsípras avant même d’être élu. Annoncer qu’il voulait un nouveau référendum sur le Brexit, c’était inviter ceux qui veulent le Brexit à voter directement pour ceux qui le mettent en œuvre. Surtout que Corbyn a précisé qu’en cas de vote, il ne s’en mêlerait pas. On ne pouvait faire pire. À quoi bon des leaders qui ne s’engagent pas à propos de l’avenir de leur pays ? Les bastions ouvriers du nord qui votaient PS ont basculé dans le vote conservateur parce que ceux-ci leur garantissaient le Brexit. C’était toujours ça de pris !

Deuxième leçon. Pourquoi ont-ils fait une aussi grossière faute ? C’est le résultat des jeux d’appareils internes au Labour. Le Labour, c’est le PS anglais. Corbyn aurait du le refondre totalement au lieu de composer avec lui. Ou bien le quitter. Les vieux appareils bureaucratiques comme le Labour Party produisent des jeux d’appareils et rien de plus. Construire son raisonnement politique en fonction des points d’équilibre interne, c’est se tromper à coup sûr. Les problèmes comme les solutions sont dans les masses populaires, leurs attentes, leur volonté, leurs besoins. C’est là que Corbyn aurait du aller chercher ses consignes. Il a voulu plaire aux importants. En vain.

Corbyn a passé son temps à se faire insulter et tirer dans le dos par une poignée de députés blairistes. Au lieu de riposter, il a composé. Il a du subir sans secours la grossière accusation d’antisémitisme à travers le grand rabbin d’Angleterre et les divers réseaux d’influence du Likoud (parti d’extrême droite de Netanyahou en Israël). Au lieu de riposter, il a passé son temps à s’excuser et à donner des gages. Dans les deux cas il a affiché une faiblesse qui a inquiété les secteurs populaires.

Cette envie de bonne réputation, je l’ai vue de près. Quand je lui ai rendu visite, nous avons parlé en espagnol de ce qui se passait dans le monde. Il a publié un communiqué à ma sortie se félicitant de notre intérêt commun pour l’investissement public dans les entreprises. Ce genre de façon, je l’ai connu souvent. À l’étranger et en France. Ça ne mène nulle part ceux qui les adoptent. Au contraire. Les gens sérieux regardent en coin et comprennent qu’il y a anguille sous roche. Comment croire que nous ayons discuté d’investissement public alors que reposait sur nous l’espoir d’une bascule de notre famille dans le camp du changement des règles du jeu du monde ?
Tel est le prix pour les « synthèses » sous toutes les latitudes. Ceux qui voudraient nous y ramener en France perdent leur temps. En tous cas je n’y céderai jamais pour ma part. Retraite à point, Europe allemande et néolibérale, capitalisme vert, génuflexion devant les ukases arrogante des communautaristes du CRIF : c’est non. Et non, c'est non"

Dans le Labour britannique, une complaisance coupable

Dès 2016 nous alertions, suite à des informations qui nous étaient parvenues ( voir ici)  " "Les révélations britanniques sonnent comme un avertissement particulièrement grave, montrant une diffusion de thèses antisémites, complotistes et négationnistes, au motif de défendre la cause palestinienne. Cette dernière se trouve au contraire salie et affaiblie par la tonalité antisémite de ces "soutiens".   

On constate aussi une  tolérance inexcusable à l'égard de positions racistes antisémites au sein de partis de gauche, puisque des mesures ne sont prises que suite à des révélations et scandales, alors que la direction du Labour était bien alertée et informée des horreurs diffusées. 
 
Après des scandales récents semblables au sein de la gauche en Espagne et en Grèce , un grand "ménage" et une vigilance approfondie sont nécessaires afin de combattre ce fléau." L'Info antiraciste 28 avril 2016

En fait la situation s'est aggravée, malgré les promesses répétées de Corbyn et des ses proches s'engageant à combattre l'antisémitisme. En réalité ils ont couvert et minimisé la gravité de la situation, malgré de nombreuses protestations et des appels angoissés des Juifs de grande-Bretagne qui votaient traditionnellement en grande majorité pour le Labour.
C'est à la veille même des élections que Corbyn et son adjoint ont daigné s'excuser en continuant à mentir sur la manière dont les plaintes avaient traitées, comme le déclare maintenant Len McCluskey, dirigeant du principal syndicat britannique Unite et soutien de Corbyn en amont du scrutin. Le responsable syndical a entre autres mis en cause « l’échec de Corbyn à s’excuser pour l’antisémitisme dans le parti lorsqu'il était encouragé à le faire (à la BBC), symbolisant des années de mauvaise gestion du problème ».



                                         

John McDonnell, numéro 2 du Labour : l’antisémitisme pourrait nuire au parti lors des élections
À la veille des élections, et dans un contexte de fuites sur des plaintes d'antisémite non traitées, John McDonnell assurait que le parti avait  tiré la leçon d'une "période horrible"
Ce  haut dirigeant du Parti travailliste britannique, proche de Corbyns’est excusé le 8 décembre pour « les souffrances que nous avons infligées » à la communauté juive britannique et a admis que le scandale d’antisémitisme qui a secoué le parti pourrait affecter ses perspectives lors des élections générales du 12 décembre au Royaume-Uni.
« Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir et nous allons tirer d’autres leçons. Nous voulons être l’exemple éclatant de l’antiracisme que le Parti travailliste devrait être », a déclaré McDonnell, dans une interview accordée  à la BBC le 8 décembre, à 4 jours des élections
Le dirigeant et ses partisans ont donc à nouveau rejeté l’accusation, affirmant que les travaillistes avaient fait un effort pour réprimer les antisémites.
Mais des documents du service de contrôle interne du parti et qui ont été rendus publics ont révélé le contraire:  plus de 130 cas de membres du parti exprimant des opinions antisémites virulentes, y compris des appels à l’extermination des Juifs, et ayant été autorisés à rester dans le parti pendant des mois, voire des années, après que des plaintes aient été déposées contre eux. Corbyn s'est lui-même finalement excusé pour l'antisémitisme au sein de son parti lors d'une interview accordée à l'émission anglaise "This morning"."De toute évidence, je suis vraiment désolé pour tout ce qu'il s’est passé, mais je tiens à préciser que je suis en train de régler le problème", a-t-il répondu au présentateur Phillip Schofield.
Le chef du parti travailliste avait éludé les questions du présentateur, mais avait déclaré d'une manière générale que l'antisémitisme et toute autre forme de racisme n'avaient  "aucune place dans notre société".

C'est face à cette politique catastrophique de tolérance envers l'antisémitisme que Mélenchon reproche à Corbyn de s'être "trop excusé" .

Albert Herszkowicz pour MEMORIAL 98 


 







 

lundi 4 novembre 2019

9 novembre: rassemblons-nous pour les victimes de la Nuit de Cristal, contre le fascisme .


22 novembre 2019: le film de la commémoration 2019



Si vous n'avez pas pu participer au rassemblement du 9 novembre à Paris en mémoire de la Nuit de Cristal, voici, quelques jours après, le film qui en retrace le déroulement.
Merci à Bernard Henry-Beccarelli pour son magnifique travail et à tous nos partenaires.
 A voir sur You Tube https://www.youtube.com/watch?v=Zv32N9D2FQc
Accessible également ici https://vimeo.com/373559126
MEMORIAL 98

Rassemblement en hommage aux victimes de la Nuit de Cristal nazie et de tous les génocides

Samedi 9 novembre 2019 à 16 h devant le Gymnase Japy, 2 Rue Japy  à Paris dans le 11e arrondissement Métros: Charonne/Voltaire



Memorial 98 organise pour la sixième année consécutive ce rassemblement en mémoire des victimes de la « Nuit de Cristal », pogrom d’État commis par les nazis le 9 novembre 1938, contre les Juifs d’Allemagne, d’Autriche et des Sudètes et vous invite à y participer. 

Cette commémoration est soutenue par le Collectif VAN [Vigilance Arménienne contre le négationnisme] l’association Ibuka-France (Justice et soutien aux rescapés du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda), la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) l’association Fonds Mémoire Auschwitz  ( AFMA). 

L'événement Facebook, à partager  largement, se trouve ici:  https://www.facebook.com/events/556381271854644/




La Nuit de Cristal: une étape majeure de la persécution des Juifs 

Lors de cette vague de violences organisée par les nazis, plusieurs centaines de personnes juives furent tuées et plusieurs centaines d'autres se suicidèrent. A Berlin et Vienne uniquement, 400 morts par suicides ont été dénombrés.  Le chiffre total des victimes juives se monte à plus de 2500.  Vingt-six mille personnes furent arrêtées et pour certaines jetées dans des camps de concentration. Deux cent soixante-quinze synagogues furent brûlées ou détruites ( voir ici le déroulement organisé par les nazis).  
                        Magasin juif vandalisé, portant l'inscription  "Juda (Juif) crève!"

Dans la montée du nazisme et du fascisme en Europe, la Nuit de Cristal  a représenté un jalon important.
Les nazis, au pouvoir depuis 1933, franchissaient une nouvelle étape avec cette vague de violences antisémites commises au vu et au su de toute l'Europe. 
Les images des synagogues incendiées, des enfants, des femmes et des hommes assassinés, arrêtés en masse, frappés et humiliés en public ne pouvaient pas être ignorées. 

Pourtant, en France les informations venues d'Allemagne ne changèrent pas la situation; ni à la politique de refoulement des Juifs qui tentaient de fuir l'Allemagne, ni à la politique de laissez faire face à Hitler. La France fut ainsi la seule grande démocratie à ne pas avoir dénoncé officiellement les massacres perpétrés dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938.



En 2019, soixante-quatorze ans après la défaite du nazisme, l’extrême-droite est à l’offensive partout.


Ainsi en Allemagne le 27 octobre, le parti d'extrême-droite AfD a atteint  24% des voix lors des élections régionales en Thuringe. Ce score est d’autant plus inquiétant qu’il a été atteint quinze jours après l' attentat antisémite et xénophobe ayant fait deux morts, commis par un militant néonazi à Halle dans l’Etat voisin de Saxe-Anhalt, le 9 octobre, jour de la plus importante fête juive de Yom Kippour. 
                                     Recueillement devant la synagogue de Halle

Le chef de file de l’AfD en Thuringe, Björn Höcke, chef de la tendance la plus droitière du mouvement baptisée "l'aile" ( Flügel en allemand) a été accusé, à juste titre, d’avoir préparé le terrain idéologique pour les actes de Halle, où un immense massacre dans un synagogue a été évité de peu, par ses déclarations contre la "repentance" pour les crimes nazis. Il a par exemple qualifié le Mémorial de la Shoah à Berlin de « monument de la honte »


Tueries dans des synagogues: Pittsburgh, San Diego, Halle

Dans la dernière année des attentats terroristes d'extrême-droite ont frappé plusieurs synagogues, à Pittsburgh le 27 octobre en faisant 11 morts, puis six mois plus tard exactement le 27 avril à San Diego  ( 1 morts et plusieurs blessés) Un attentat d'extrême-droite a fait 51 victimes dans les mosquées de Christchurch.

Il n'est jamais trop tôt pour dire « Plus jamais ça ». Il n’est jamais trop tard pour faire de nos mémoires un outil contre les idées d’exclusion.

Memorial 98 et ses partenaires rendront hommage aux victimes de tous les génocides et de tous les actes de racisme pour lesquelles nous demandons la reconnaissance, la justice, la réparation, du génocide des Arméniens  a celui des Tutsi, de celui des Musulmans de Srebrenica  profané récemment par l'attribution du prix Nobel de littérature à Peter Handke, à celui des Yezidis d'Irak, de celui des Rohyngias de Birmanie à celui des Herero  en Afrique australe sans oublier celui des Roms 

Le gymnase Japy est un lieu particulier de mémoire puisque c’est là que furent parqués les Juifs raflés par la police de Vichy dès 1941, avant d’être déportés vers les camps d’extermination nazis. 


Nous allumerons des bougies du souvenir avant des prises de parole qui rappelleront que la mémoire des génocides nourrit nos combats actuels contre le racisme et le fascisme

Retrouvons nous le 9 Novembre 2019 à 16h H devant le gymnase 

Japy  (2 rue Japy 75011, métro Voltaire ou Charonne)

afin de rendre hommage aux victimes de la Nuit de Cristal et de
tous les génocides.


En 2018, à l'occasion du 80e anniversaire de la Nuit de Cristal, Memorial 98 a organisé une conférence spéciale. Trois historiens spécialistes de la Shoah Tal BruttmannLaurent Joly et Marie-Anne Matard-Bonucci,  y ont abordé la place de la Nuit de Cristal dans l'histoire du nazisme et de la Shoah, les réactions en France au lendemain du 9 Novembre 1938 notamment dans l'extrême-droite antisémite et l'imposition des lois  antisémites en Italie quelques semaines avant la Nuit de Cristal .

L'enregistrement  filmé de la  commémoration de 2018 est à voir ici https://vimeo.com/303606032

 MEMORIAL 98




jeudi 19 septembre 2019

Soral condamné à nouveau pour antisémitisme : assez de protections, il doit exécuter ses peines.

 
 Mise à jour du 12 janvier 2020 

Le tribunal correctionnel de Colmar a relaxé vendredi 10 janvier Alain Soral, jugé pour avoir diffusé sur Internet un cliché de lui effectuant une « quenelle » sur les marches de ce tribunal. Les juges ont estimé que ce geste pouvant être assimilé à un salut nazi déguisé n’était pas, « dans ce contexte », antisémite.
Soral, était poursuivi pour « injure » et « incitation publique à la haine ou à la violence en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ». Six mois de prison avec sursis, assortis d’une mise à l’épreuve, avait été requis lors du procès le 28 novembre.
« Un lieu non mémoriel »
Il avait diffusé sur Twitter et sur son site Internet Egalité et Réconciliation un cliché pris le 5 mai le montrant faisant une « quenelle » devant le tribunal de grande instance de Colmar.
« Le tribunal a estimé que la diffusion (…) de la photographie (…) dans un lieu non mémoriel et sans lien avec la religion juive ne constitue pas les infractions » pour lesquelles M. Soral était poursuivi, a précisé la procureure de la République de Colmar, Catherine Sorita-Minard.
Il avait déjà été condamné pour une « quenelle » réalisée dans contexte différent : le 18 février 2016, la cour d’appel de Paris l’avait condamné à 5 000 euros d’amende pour avoir fait ce geste au Mémorial de la Shoah de Berlin.
Précédentes condamnations
Sur son site, Soral, venu en Alsace pour une conférence, avait accompagné la photo prise à Colmar d’un texte évoquant le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA).
Le tribunal a estimé que ces associations n’étaient « pas clairement citées ou visées à raison de leur engagement, mais davantage à raison de leur prise de position quant à l’exécution d’une décision de justice » passée concernant l’essayiste, poursuit la procureure qui ajoute qu’elle « va analyser » le jugement avant de décider d’un éventuel appel.
« Nous contestons cette décision et comptons sur un appel du parquet », a réagi  Me Thierry Cahn, l’avocat du Consistoire israélite du Haut-Rhin, l’une des parties civiles. « Compte tenu du personnage et de ses précédentes condamnations (…) la matérialité de l’infraction est constituée », a-t-il estimé.


2 octobre 2019: nouvelle condamnation
Soral de nouveau condamné à de la prison ferme, ce 2 octobre à Paris, cette fois à une peine d'un an pour avoir qualifié le Panthéon de «déchetterie casher» dans une vidéo sur son site. 
La même question revient : quand ce multi-récidiviste purgera-t-il enfin ses peines?

Soral a été reconnu coupable d'injure publique antisémite et de provocation à la discrimination, la haine ou à la violence envers les Juifs. Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet, dénonçant sa «haine obsessionnelle persistante» et «sans la moindre inhibition» envers les juifs. Alain Soral ne recule pas «devant le fait de salir et de poursuivre par-delà la mort» les victimes du nazisme, «par le choix de ses mots qui sont la prolongation d'actes de mort et qui sont en eux-mêmes actes de haine et de provocation», a estimé le tribunal dans sa décision. 
Les juges ont également dénoncé le fait qu'il cible un jeune public par le biais de son site «Égalité et réconciliation», cherchant «à en imposer sur la base d'un vernis de culture prétendument ''sérieuse'', et à recruter pour son officine du même nom.
«On a toute la famille Veil qui vient d'y rentrer, et puis là ils veulent peut-être presque nous mettre Lanzmann» (ancien résistant et réalisateur du documentaire Shoah), «c'est une véritable déchetterie casher», avait déclaré Soral dans une vidéo postée après l'inhumation de Simone Veil et de son époux Antoine au Panthéon, le 1er juillet 2018.
Le tribunal a également ordonné le retrait de la vidéo lorsque la condamnation sera définitive.
Lors de l'audience, son avocat Damien Viguier, lui-même déjà condamné pour complicité d' incitation à la haine ( voir ci-dessous) avait affirmé que «les propos de Soral sont de la provocation, pas des actes appelant à la violence».
MEMORIAL 98

Ce 19 septembre 2019 nouvelle condamnation de Soral à 18 mois de prison ferme. Exécutera-t-il enfin ses peines ou sera-t-il encore protégé par le procureur de Paris, comme pour sa peine précédente de un an ferme ?

Soral a été condamné ce jour à 18 mois de prison ferme et 6 mois avec sursis. Il s'agit cette fois d'un "rap antisémite" violent sous prétexte de "Gilets jaunes" 
Dans le clip de ce rap, une pancarte contenant le nom de Rothschild était jetée au feu. Des photos de Bernard-Henri Lévy, Jacques Attali ou encore Patrick Drahi étaient aussi envoyées au bûcher. Le rappeur appelait à « virer » Rothschild, Attali et BHL, les qualifiant de « parasites ».
Les associations qui avaient assigné ce néo-nazi se félicitent à juste tire du verdict. Elle évoquent également une "fin de l'impunité de Soral". ce n'est hélas pas le cas

En effet, à ce stade, malgré plusieurs condamnations à des peines fermes, dont une avec mandat de dépôt, il est toujours en liberté. C'est le résultat des manœuvres du procureur de Paris, Rémy Heitz, qui a rejeté et bloqué le mandat de dépôt décidé par le tribunal le 15 avril dernier ( voir ci dessous) .

L'actualité récente a montré à quel point l'activité antisémite et négationniste de Soral  joue depuis longtemps un rôle crucial dans l'élaboration et la diffusion de cette propagande haineuse. C'est le cas dans l'affaire Yann Moix, qui a longtemps coopéré avec lui ( voir ici )
                                              Soral avec Yann Moix et l'écrivain antisémite Nabe

C'est le cas également pour Tariq Ramadan qui ose comparer son propre sort à celui du capitaine Dreyfus ( voir ici) . Or il a coopéré avec Soral et Dieudonné et a même défendu leur quenelle néo-nazie
                                      Tariq Ramadan avec Dieudonné et Soral

Soral doit enfin exécuter sa peine. Son impunité de fait bafoue la justice et encourage les antisémites, racistes et négationnistes à poursuivre leurs méfaits.

MEMORIAL 98

Qui protège Soral? Qui craint de mettre en œuvre la loi contre la contestation des crimes contre l'humanité?
Le 15 avril dernier, Soral était condamné à un an de prison ferme pour contestation de la Shoah et le tribunal y ajoutait un mandat  de dépôt. 
On s’attendait donc à ce qu’il soit rapidement appréhendé et emprisonné, en conséquence du mandat de dépôt.
 Ce dernier est particulièrement justifié chez un multirécidiviste, déjà condamné à un an de prison ferme en janvier 2019. Il s’agissait alors de sanctionner ses propos suivants : "Entre le peuple juif et le reste de l'humanité, le combat ne peut être que génocidaire et total..." (voir ci-dessous pour ses différentes condamnations). Il a encore sévi récemment à propos des attentats dans les mosquées de Christchurch

Mais cela ne sera pas le cas tout de suite: le parquet de Paris a interjeté appel du mandat d’arrêt et refuse de l'exécuter, alors même que cet appel n'est pas suspensif.
Déjà lors du procès, le parquet avait réclamé seulement six mois de prison ferme. La 13chambre du tribunal de grande instance de Paris avait doublé cette peine, en raison de la gravité de la contestation de l’existence de la Shoah.

A l’origine de cette décision de justice, la publication sur  le site de  Soral « Égalité et réconciliation, » en novembre 2017, de la plaidoirie de son avocat, Damien Viguier – également condamné, ce lundi, à 5 000 euros d’amende pour complicité –, dans une autre affaire datant d’avril 2016. Viguier est également un conférencier du groupe de Soral

Soral avait alors mis en ligne sur son site un dessin représentant une fausse « une »  titrée « Chutzpah Hebdo » et illustrée par le visage de Charlie Chaplin posant une question, dans une bulle, « Shoah où t’es ? », en référence à la Une nauséabonde de Charlie Hebdo après les attentats de Bruxelles, « Papa où t’es ? » qui faisait référence au génocide des Tutsi et au chanteur Stromae.


En toile de fond, une étoile de David, une chaussure, une perruque, une lampe et un savon. Le terme Chutzpah (qui signifie « insolence » en hébreu et yiddish) est clairement antisémite dans ce contexte, car il induit que les Juifs ont l’insolence de mettre en avant le génocide dont ils ont été victimes.

« Propagande de guerre »

« Chaussure et cheveux (de Juifs exterminés NDLR) font référence aux lieux de mémoire organisés comme des lieux de pèlerinage. On y met en scène des amoncellements de ces objets, afin de frapper les imaginations », avait plaidé Me Viguier en 2017 faisant référence au camp d’Auschwitz. « La coupe des cheveux se pratique dans tous les lieux de concentration et s’explique par l’hygiène », avait-il ajouté avant de citer le négationniste Robert Faurisson. ».
Pour cette publication négationniste, Alain Soral a par ailleurs été définitivement condamné le 26 mars, après le rejet de son pourvoi en cassation, à payer une amende de 10 000 euros avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement.
Le site de Soral et toute son activité représentent un concentré de haine antisémite, de négationnisme, d'homophobie et de sexisme ( voir les références à la fin de l'article). 

Il faut rappeler l’horreur antisémite de ses gestes de profanation : il s'était fait photographier, en 2013, en train de faire le geste de la "quenelle", soit un salut nazi, au Mémorial de la Shoah à Berlin.

 

Le procureur de Paris, chef du Parquettente de justifier sa décision par l’argutie judiciaire suivante :
« Alain Soral a été condamné pour une infraction prévue par l’article 24 bis de la loi du 29 juillet 1881 sur la presse à la peine d’un an de prison par le tribunal correctionnel qui a décerné mandat d’arrêt à son encontre sur le fondement de l’article 465 du code de procédure pénale. L’article 465 vise expressément les délits de droit commun et les délits d’ordre militaire. Le mandat d’arrêt décerné étant dépourvu de base légale, je vous confirme que le parquet a interjeté appel de la décision sur le mandat d’arrêt (appel limité à la délivrance par le tribunal du mandat d’arrêt et ne concernant pas la peine d’un an de prison) »,
Or le procureur n’a pas à décider si une décision de justice doit être appliquée ou non, surtout quand il s'agit de contestation de crime contre l'humanité, selon la loi . Ce procureur semble réticent à l'idée de mettre en application cette loi de 1990, dite loi Gayssot, qui pénalise la contestation de crimes contre l'humanité dont la Shoah. C'est une loi équivalente que demandent les associations arméniennes afin de combattre le négationnisme à propos du génocide de 1915.
Le négationnisme est mis en place par les génocidaires eux mêmes et constitue, avec l’impunité des bourreaux,  une incitation à de nouveaux massacres.
Le but des génocidaires, en tout temps et en tout lieu, ne consiste pas seulement à assassiner les vivants, mais aussi à nier à tout jamais leur existence.

C’est pour cette raison que les négationnismes sont consubstantiels aux génocides. En niant, il ne s’agit pas seulement d’une tentative faite par les assassins pour échapper aux conséquences de leurs crimes. Au même titre que les massacres physiques de masse, la négation est au service du but final : effacer de l’histoire et de l’humanité une partie des hommes et des femmes qui la constituent.

Dans un communiqué commun SOS Racisme, LICRA, MRAP, J’Accuse, UEJF déclarent à juste titre
« Le mandat d’arrêt contre Alain Soral doit être exécuté d’urgence !
Les associations antiracistes demandent de toute urgence au Procureur de la République de mettre à exécution le mandat d’arrêt décerné contre Alain SORAL pour contestation de crime contre l’humanité le 15 avril 2019.
Depuis 10 jours, l’antisémite Alain SORAL est sous le coup d’un mandat d’arrêt par décision de la 13ème chambre correctionnelle du TGI de Paris à la suite de sa condamnation pour contestation de crimes contre l’Humanité.
A ce jour, la justice n’a toujours pas exécuté la décision.
Pire encore, nous avons appris que le Parquet de Paris avait décidé de faire appel de ce mandat d’arrêt au motif qu’il ne respecterait pas les dispositions du code de procédure pénale sur le mandat d’arrêt.
Cette décision d’appel est un scandale inédit et renvoie à nos concitoyens l’idée que la condamnation de l’antisémitisme et du racisme en France n’est jamais appliquée dans les faits.
Ce d’autant que seuls les délits politiques sont exclus des dispositions relatives au mandat d’arrêt. La contestation de crime contre l’humanité n’est et ne pourra jamais être considérée comme un délit politique.
Nous demandons que soit mis fin à ce double scandale qui voit une décision de justice demeurée inappliquée et même contestée par l’autorité de poursuite qui se retrouve à défendre les intérêts de SORAL plutôt que la société.
Cet appel n’étant pas suspensif, nous demandons l’exécution immédiate de la décision de justice rendue contre Alain SORAL et le désistement de l’appel interjeté par le Parquet pour des raisons politiques.
Alain SORAL tiendra le 4 mai au vu et au su de tout le monde une conférence publique à Mulhouse. Nous demandons au Procureur de la République de Mulhouse de faire procéder à l’arrestation d’Alain SORAL conformément au jugement et à la Loi. »

Autres condamnations récentes de Soral:
 
17 janvier 2019 Le néo-nazi Soral enfin condamné à une peine de prison ferme d'un an pour ses insultes à l'encontre d'une magistrate et pour des propos appelant au génocide des Juifs; il avait ainsi écrit sur son site" Égalité et Réconciliation"  :
"Entre le peuple juif et le reste de l'humanité, le combat ne peut être que génocidaire et total..."
"Les Juifs sont dominateurs, manipulateurs et haineux..."  

Ceux qui soutiennent la "liberté d'expression" de ce propagateur multirécidiviste de haine homicide (voir ci-dessous) se rendent complices de ses appels aux meurtre. 

Ceux qui comme Étienne Chouard, justifient et excusent Soral se font avec lui propagateurs de l'antisémitisme exterminateur. La caution apportée à Chouard par le député LFI François Ruffin constitue une très lourde faute.

Alors que le néo-nazi prétend soutenir les Gilets Jaunes et organise un meeting de toute la racaille antisémite de ce pays le 19 janvier, nous répétons: la place de Soral est en prison.


Pour ce qui représente sans doute une des profanations les pires de sa carrière d'antisémite et de "national-socialiste" revendiqué, Soral a été condamné le 12 mai 2015 à une amende de 10000 Euros pour injures à caractère racial (amende réduite ensuite à 5000 Euros en appel) et 14.001 euros de dommages et intérêts au profit des sept associations qui s'étaient constituées parties civile.

Il faut rappeler l’horreur antisémite de son  geste: il s'était fait photographier, en 2013, en train de faire le geste de la "quenelle", soit un salut nazi, au Mémorial de la Shoah (ci-dessous) à Berlin.
La quenelle n'est pas seulement un "salut nazi inversé" ou pire encore d'un geste " contestataire”. Il s'agit en fait d'un salut néo­nazi tout court, la différence avec le salut nazi classique réside avant tout dans le regard de la société qui le reçoit. Or aujourd'hui, une partie de notre société ne perçoit plus l'antisémitisme comme tel. Il faut une croix gammée, un appel ouvert à mettre les gens dans les chambres à gaz, une référence appuyée au nazisme historique, pour avoir encore un minimum de réaction.
A l'audience le 12 mars dernier, Soral avait soutenu que cette photo n'était pas destinée à circuler "au-delà d'un cercle d'amis". 

Quant au geste de la quenelle, inventé par son ami Dieudonné, Alain Soral a soutenu l'avoir d'abord fait en signe de ralliement au "fist-fucking", car le Mémorial serait selon lui  devenu  un lieu de rendez-vous homosexuel. On retrouve les thématiques habituelles développées par le duo nazi, dont un exemple récent montre l’escalade dans l'abjection.

D'ailleurs Soral a été aussi condamné aujourd'hui à 4000 euros d'amende pour des propos tenus dans un livre dont il est co-auteur avec Eric Naulleau. Liant homosexualité et pédophilie, il avait cité le nom de Pierre Bergé. Connu pour son homosexualité, l'homme d'affaires l'avait fort justement fait citer en justice. Outre l'amende, le tribunal correctionnel a condamné Alain Soral a verser à Pierre Bergé 10.000 euros de dommages et intérêts pour" diffamation publique en raison de l'orientation sexuelle". Eric Naulleau, compère de Zemmour et  co-auteur de ce livre d'échanges, échappe à toute condamnation.

Au-delà de cette interprétation "privée", Soral avait ajouté à l'audience  une interprétation "publique". La "quenelle" constituerait '"un geste d'insoumission envers les manipulateurs sionistes de la Shoah". Il répétait ainsi la ligne de défense de tous les négationnistes, dont Robert Faurisson, invité d'honneur des meetings-spectacles de Dieudonné depuis 2008. 

Trois anciens déportés juifs, présents à l'audience et cités comme témoins, lui avaient opposé leur indignation. "Je n'aurais jamais pensé que quelqu'un dans ce lieu puisse faire autre chose que de penser, de se recueillir", avait notamment dit Isabelle Choko, 86 ans,  qui fut déportée au camp d'Auschwitz-Birkenau.

Le tribunal correctionnel donc a rejeté les arguties de Soral, en établissant le caractère antisémite de son geste selon les termes suivants:
«La personnalité même d'Alain Bonnet, dit Soral, telle que perceptible dans ses écrits ou prises de position publiques antérieurs, fragilise, pour ne pas dire prive de toute portée, ses dénégations réitérées quant aux accusations d'antisémitisme dont il ferait injustement l'objet... Dès lors, la photographie «ne peut être perçue que comme une injure visant la communauté juive dans un de ses lieux les plus symboliques et les plus sacrés».

Le prétendu "dissident" n'est qu'un vulgaire antisémite qui devra un jour rendre justice de ses actes, bien au delà des maigres condamnations financières.


Quelques jours après avoir été invité par Poutine, le néo-nazi est condamné par le tribunal de Paris aujourd'hui 14 juin 2016 à 6 mois de prison avec sursis. Le tribunal considère qu'il y a de sa part "apologie de crimes de guerre et contre l'humanité" pour des propos abjects visant Beate et Serge Klarsfeld, regrettant qu'ils n’aient pas été exterminés par les nazis.
Le tribunal est allé au delà des réquisitions du procureur qui avait réclamé trois mois de prison avec sursis, jugeant les propos poursuivis "outrageants, insultants, non seulement pour les époux Klarsfeld mais aussi pour les enfants des déportés et toutes les victimes de l'Allemagne nazie". "C'est un message clairement antisémite", avait dénoncé le procureur.
Soral échappe encore néanmoins à de la prison ferme. 

Soral, businessman de la haine et responsable d'actes antisémites

Comme son acolyte Dieudonné, Soral, démagogue enragé, est  un profiteur cupide prêt à tout pour faire prospérer son commerce de la haine. Mais il porte surtout un  très lourde responsabilité dans le développement des actes antisémites de ces dernières années dans le pays. Son incessante propagande haineuse crée le terreau d'où naissent les violences et profanations qui se multiplient dans une spirale constante.
Sa place est en prison.
Mise à jour 

MEMORIAL 98 

Articles et dossiers supplémentaires de Memorial 98 concernant Soral ( et Dieudonné) ci-dessous sur ce site et sur www.memorial98.org :

Face à la liste antisémite de Dieudonné, Soral et Gouasmi.

Dieudonné, Faurisson, Le Pen : décryptage. 

Dans ce dossier sur le "détail" des chambres à gaz http://www.memorial98.org/article-19187964.html 

extrait concernant la surenchère de Soral sur les propos de Jean-Marie Le Pen:

"Par contre Alain Soral, en posture d'idéologue, porte-parole du prétendu « lepénisme de gauche », ami et mentor de Dieudonné, en rajoute dans l'antisémitisme violent et déclare :

« ... Monsieur Le Pen a profondément tort, la chambre à gaz est tout sauf un point de détail, c'est même aujourd'hui, plus qu'hier encore, la religion, le dogme autour duquel tourne toute l'époque contemporaine. Dans l'ordre du sacrifice fondateur, la chambre à gaz a remplacé la croix du christ...
... Aujourd'hui, dans ce climat de judéomanie délirante - une judéomanie délirante et suspecte qui tient plus de l'esprit de la Collaboration que du combat pour le bien et l'amour des hommes - plus les souffrances de la guerre s'éloignent, plus c'est la seconde guerre mondiale toute entière qui devient un détail de la chambre à gaz !... »"

  
MEMORIAL 98