mercredi 4 novembre 2015

Dieudonné et Faurisson veulent encore échapper à leur condamnation.


Mise à jour du 10 Novembre 2015:

Bonne nouvelle: la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) vient de la débouter de sa prétention à diffuser sa propagande négationniste et antisémite sous prétexte de "spectacle".

 Extrait de la décision de la CEDH: 

"...La Cour juge qu’en l’espèce, au cours du passage litigieux, la soirée avait perdu son caractère de spectacle de divertissement pour devenir un meeting qui, sous couvert de représentation humoristique, valorisait le négationnisme par le biais de la place centrale donnée à l’intervention de Robert Faurisson et dans la mise en position avilissante des victimes juives des déportations face à celui qui nie leur extermination. Aux yeux de la Cour, il ne s’agissait pas d’un spectacle qui, même satirique ou provocateur, relèverait de la protection de l’article 10 (liberté d’expression) de la Convention européenne des droits de l’homme, mais en réalité, dans les circonstances de l’espèce, d’une démonstration de haine et d’antisémitisme, ainsi que d’une remise en cause de l’holocauste..." 
Memorial 98 se félicite de cette décision et de ses attendus. Nous avions dénoncé cette tentative du néo-nazi Dieudonné faite au nom de la "liberté d'expression".

Cet arrêt de la CEDH rend encore plus scandaleux une autre décision récente de la Cour le 15 octobre dernier à propos du négationniste turc Perinçek, condamné par la justice suisse pour ses propos mettant en cause l'existence du génocide des Arméniens. La Cour européenne a censuré la décision helvétique au nom, de la "liberté d'expression".
Avec le Collectif VAN, nous avons protesté contre cette décision qui représente une violence supplémentaire à l'égard des victimes du génocide des Arméniens,  nié depuis 100 par l’État turc. Tous les négationnismes doivent être combattus et condamnés. C'est ce que nous avons affirmé hier soir en commémorant la mémoire des victimes de la Nuit de Cristal avec nos partenaires du Collectif VAN et d'Ibuka-France.

Memorial 98


Sept ans après un "spectacle " négationniste devant des milliers de personnes, Dieudonné passe devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH). Il réclame que les décisions de la justice française à son encontre, suite à son meeting avec Faurisson au Zénith le 26 décembre 2008 soient remises en cause. La CEDH statuera le 10 novembre prochain. 

Dieudonné avait été condamné à 10.000 euros d’amende pour "injure à caractère raciste. Les juges   ont estimé, en première instance et en appel, que la présence du négationniste Robert Faurisson avait fait passer la soirée du Zénith du statut de spectacle à celui de meeting. En effet cette soirée avait revêtu un caractère antisémite et négationniste avéré, comme nous le relations alors dans un article de Memorial 98 ( nous avons ajouté quelques précisions d'actualité) :
"La mise en scène macabre du Zénith a été pensée et planifiée pour obtenir un impact maximum. Dans ce but ont été exploitées toutes les ressources visuelles et allusives  du négationnisme.
Dieudonné commence par  chauffer la salle en demandant un «  tonnerre d’applaudissements » pour Faurisson ; l’ovation monte de la salle, qui devait être avertie de ce « clou » du spectacle.  Sur scène, un technicien affublé d’une tenue rayée de déporté juif et d’une étoile jaune sur la poitrine, lui  apporte son trophée de « l’insolence ».
Embrassades et tutoiements de rigueur entre le vétéran négationniste et celui qui aspire à reprendre le flambeau, sous l’œil attentif de Jean-Marie le Pen, parrain de l’enfant du maître de la soirée
Faurisson déclare : " ne pas avoir l'habitude de ce genre d'accueil"et " Je suis supposé être un gangster de l'histoire!". Déjà condamné à de nombreuses reprises, il avait en 2007 attaqué en justice Robert Badinter qui l'avait traité de "faussaire de l'histoire". Durant l'audience M. Faurisson avait réaffirmé que " les prétendues chambres à gaz hitlériennes et le prétendu génocide des juifs forment un seul et même mensonge historique". Il avait été débouté et condamné à verser 5 000 euros à M. Badinter, au titre des frais de justice.
Faurisson discourt, manifeste son amicale complicité à Dieudonné, se plaint d’avoir souvent été victime de «  traitement spéciaux »,  allusion codée et directe au terme « traitement spécial » (« besonderes behandlung » en allemand) utilisé par les nazis pour éviter de laisser une trace écrite de l’extermination des déportés juifs. De même il se plaint d’être  traité en « Palestinien dans son propre pays ».

                                         (sur la photo: Chatillon, Dieudonné, Faurisson)
Dans les travées du Zénith s’esbaudit le gratin de l'extrême droite, comme lors de la précédente édition de 2006; sont présents: Jean-Marie Le Pen et sa famille, Alain de Benoist (dirigeant de la Nouvelle Droite et de sa revue Éléments qui accueille ce mois-ci Michel Onfray), Frédéric Chatillon (toujours membre de l'entourage de Marine Le Pen), homme des finances et des relations avec le général et ministre de la Défense syrien Tlass, organisateur en 2006 du voyage de Dieudonné, Soral, et  Thierry Meyssan  auprès du Hezbollah et de la visite de Dieudonné  à la fête du FN au Bourget  qui officialisa leur convergence. La négationniste Ginette Skandrani aussi est là non loin du leader « radical »  Kémi Seba, familier des collaborations avec les groupuscules néo-nazis.
A la fin du spectacle, une trentaine de proches de Dieudonné se sont retrouvés à l'étage, dans la zone VIP, pour partager un "verre de l'amitié". Un participant raconte: "Ça a duré une petite demi-heure. On a bien ri." Vers minuit, Dieudonné a accueilli près de 80 amis autour de sa guest-star, Robert Faurisson, pour réveillonner dans son théâtre de la Main d'Or et se réjouir de la soirée au Zénith."


Depuis cette époque où beaucoup minimisaient encore le caractère antisémite et négationniste du "comique", Dieudonné a sans cesse escaladé dans ses propos, défendant ouvertement Hitler et les chambres à gaz et faisant aussi référence au criminel Dutroux. Malgré l'indulgence des condamnations judiciaires, il se présente toujours comme une victime, aidé en cela par ceux qui continuent à s'interroger sur la liberté d'expression qu'il faudrait lui accorder
Il a aussi accumulé les profits tirés de l'exploitation du commerce de la haine. Faurisson quant à lui a récemment  échappé à une condamnation, suite à un procès particulièrement mal engagé par les autorités judiciaires.    

Dans l’affaire du Zénith de 2008, Dieudonné a perdu devant toutes les instances judiciaires françaises, y compris devant la Cour de Cassation  mais se pourvoit devant la CEDH.
 Il est à noter que cette instance  vient de prendre le 15 octobre dernier une décision scandaleuse à propos du négationniste turc Perinçek, condamné par la justice suisse pour ses propos mettant en cause l'existence du génocide des Arméniens. La Cour européenne a censuré la décision helvétique au nom, encore une fois, de la "liberté d'expression". Avec nos partenaires du Collectif VAN, nous avons protesté contre cette décision qui représente une violence supplémentaire à l'égard des victimes du génocide nié depuis 100 par l’État turc

Il y a donc lieu d'être particulièrement  attentif et vigilant. La décision de la CEDH doit être annoncée le lendemain de la commémoration que nous organisons en mémoire des victimes de la Nuit de Cristal nazie. Nous y appellerons à une mobilisation renouvelée contre tous les négationnismes.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.