mardi 16 août 2016

Le burkini, la ratonnade, l'Evènement et sa fabrique raciste.


Cet été 2016, le « burkini » est un évènement. Nul n'est pourtant en mesure de fournir la moindre indication sur le nombre de femmes qui le portent sur la plage. Douze, cent, cent mille, nous n'en saurons rien. Ce n'est pas  la quantité qui crée l'évènement, et nul n'est en mesure non plus, de dire s'il y en a moins ou plus que l'an dernier.

L'évènement concernant le port du burkini est crée par celles et ceux qui ont le pouvoir d'en faire un problème, d'imposer socialement l'idée que ce que font deux ou cent femmes de leur corps nous regarde toutes et tous. Lorsque des partis politiques comme le FN et les Républicains reprennent les campagnes d'agitation raciste menée par des activistes islamophobes de tous les bords politiques, l'évènement s'impose.

Cet été 2016, les appels insidieux ou ouverts à la ratonnade, et les tentatives de ratonnade ne sont, eux , pas un événement et encore moins un problème. Depuis le début de l'été, en toute impunité, l'extrême-droite s'est lancée dans des campagnes de harcèlement des femmes voilées sur les lieux touristiques. La pratique consiste à prendre en photo des femmes sur les plages, dans les parcs d'attraction puis à diffuser ces photos sur internet. On en trouvera un bon exemple sur le site Riposte Laïque, où l'un des articles vedettes (1) est actuellement le récit accompagné de photos d'une militante qui est allée à la Mer de Sable et se vante d'avoir pris une centaine de clichés de femmes voilées dans la journée. Dans les commentaires, d'autres militants racistes racontent des pratiques similaires un peu partout en France. Naturellement on y trouve également des appels à l'agression caractérisée comme dans les commentaires reproduits ici où d'aucuns préconisent l'usage du pistolet à eau chargé de sang de porc.Une dérive hallucinatoire qui en dit long sur l'état d'esprit des individus concernés.




Tout cela n'a pas commencé avec la campagne contre le « burkini ». Il y a deux ans, Nadine Morano, ancienne Ministre , a popularisé la pratique consistant à diffuser des photos de femmes musulmanes en les insultant. Et déjà, à l'été 2014, le débat politique a porté sur le problème du voile et pas sur le problème du harcèlement raciste constitué par la prise de photos et leur diffusion malveillante.
Depuis, la pionnière et ses amis politiques républicains ont toujours un temps d'avance dans la haine: l'un de ses proches a par exemple fait une allusion directe aux méthodes nazies en prescrivant le " Nacht und Nebel ", aux femmes portant le burkini. Loin de le désavouer Nadine Morano a surenchéri en le présentant comme une victime et en affirmant que les femmes en burkini sont elles même des nazies. 

A l'été 2015, un autre « problème » , un autre « évènement » était cette fois crée de toutes pièces par une partie des médias et des politiques : à Reims, une femme aurait été agressée parce qu'elle était en maillot de bain dans un parc, avec une revendication religieuse. A la finale, il s'avéra que la prétendue information était totalement fausse, et que l'évènement réel était l'emballement raciste non seulement de l'extrême-droite, mais aussi d'une partie de la gauche et même de certaines associations antiracistes sur la base d'une rumeur. Mais une nouvelle fois, cet emballement ne fut pas considéré comme un phénomène social à examiner de près.

A cours des mois de juillet et août 2016, des maires du Sud de la France ont pris des arrêtés d'interdiction du « burkini » sur leurs plages, et celui de Cannes a été validé par le tribunal administratif. Juridiquement, cette interdiction est locale et n'est censée concerner qu'un vêtement bien précis. Mais socialement, et dans le contexte qui vient d'être décrit, ses conséquences sont bien plus vastes sur les esprits racistes chauffés à blanc : ce qui est dit par ces arrêtés et leur validation judiciaire, c'est que des femmes musulmanes sont illégales en soi dans l'espace public. C'est un message qui forcément, déclenche chez les agresseurs potentiels un sentiment de puissance et de légitimité devant des victimes affaiblies parce qu'illégitimes.

Et ce d'autant plus que les agressions islamophobes ne sont pas un "événement", socialement parlant, pas plus que les ratonnades et les tentatives de ratonnade. Certes lorsqu'un homme de 70 ans se fait tabasser à Barentin par un jeune homme qui accompagne l'agression de propos racistes et islamophobes explicites, comme cela a été le cas au mois de juillet, la presse en parle. Mais sans aucune mise en perspective et sans déclencher de réaction sociale notable.

Pire, nombre d'expéditions punitives collectives racistes pratiquées ces dernières années dans toute la France ont donné lieu à une médiatisation, qui insidieusement ou ouvertement a inversé les responsabilités. Les « riverains » qui partent à l'attaque contre des bidonvilles habités par des personnes Roms sont présentés comme légitimement exaspérés par le tort que leur ferait l'existence même du bidonville. Les jeunes militaires des casernes de paras quipartent de temps à autre de leur caserne pour aller attaquer des bars fréquentés par des gens issus de l'immigration ou des quartiers populaires se voient toujours mettre à leur crédit un fait initial, cambriolage ou une bagarre qui serait la cause de la ratonnade, exagérée , mais rationnelle quand même, donc.

Petit à petit, à l'impunité morale, s'est ajoutée une impunité factuelle totale pour les agresseurs racistes. En Corse au mois de décembre 2015, des ratonneurs agissant à visage découvert pourront non seulement défiler dans un quartier en hurlant explicitement leur haine contre les arabes, mais également attaquer des domiciles privés à coups de pierre et brûler un lieude culte. La seule sanction étatique sera un « appel au calme »: quand à la ratonnade celle-ci est  présentée comme une « réaction « à l'agression d'un pompier, pas un prétexte, une réaction.

Il y avait donc, en cet été 2016, un grand nombre de facteurs qui rendaient probable une agression collective raciste contre des personnes musulmanes sur une plage. Et un prétexte tout trouvé .

Ce qui s'est passé le samedi 13 août 2016, sur une plage corse et la tentative de ratonnade qui a eu lieu ensuite n'a donc rien d'inexplicable, ni rien d'étonnant.

Pour éviter toute accusation de partialité, autant choisir la version des protagonistes racistes , celle qui est diffusée par tous les réseaux d'extrême-droite : au départ, il y avait des gens d'apparence musulmane sur la plage et ils étaient l'objet de l' « attention » des non-musulmans. Une attention qui s'est traduite par la prise de photos.

Il est intéressant de constater que les versions des protagonistes du même camp diffèrent : sur un « témoignage «  d'une mère de famille relayé par le FN (2) puis par certains organes de presse, on apprend que des femmes auraient été vêtues de « burkas » ( la presse a traduit burkini, corrigeant volontairement la maladresse qui rendait le témoignage encore moins crédible. ). Dans un autre « témoignage » diffusé dans une vidéo, celui d'une jeune fille qui parle aux manifestants sur le départ pour  une expédition punitive, il n'y a plus que des « maghrébins » et d'innocents touristes qui prenaient des photos de la plage .Les « maghrébins » se seraient sentis visés et ont alors agressé tout le monde.
On voit bien la raison de cette divergence initiale dans les témoignages : l'hésitation entre une stratégie classique de négation totale du racisme initial qui a pu conduire les victimes à se défendre violemment , ou alors une stratégie où l'on reconnaît avoir fait quelque chose, en l'occurrence montré des yeux et de l'appareil photo des personnes qui ont réagi à la provocation. Mais en défendant le bien fondé de cette provocation, à savoir le fait que ces personnes portaient un « burkini »......et étaient donc dangereuses et choquantes en elles même.

Ce sera la deuxième version et justification de la tentative de ratonnade qui sera finalement retenue. Par les médias mais aussi par le maire socialiste de la ville qui va immédiatement prendre un arrêté d'interdiction du burkini, perpétuant ainsi le cercle vicieux raciste.

Dans le même temps, l'évènement « ratonnade » est lui quasi-absent des récits médiatiques et politiques. Rappelons les faits que personne ne nie, et que les ratonneurs ont d'ailleurs filmé. Des centaines de personnes sont montées dans le quartier d'où les familles musulmanes étaient censées venir, ont défilé en meute et brûlé des voitures. D'autres ou les mêmes sont allées jusque devant l'hôpital où une de leurs cibles était encore hospitalisée et ont du être repoussées par la police. Aucune interpellation n'a eu lieu.

Que reste-t-il des évènements dans les médias : au mieux l' énoncé« tensions inter-communautaires » entre «  Corses » et « maghrébins », dans Le Monde. Où l'on en déduit donc que Corse et maghrébin, c'est impossible . Le terme spécifique « maghrébin », un peu suranné, mais brusquement utilisé par de nombreux médias ne vient pas de nulle part : s'il a été choisi de préférence à « musulman » ou d' "origine maghrébine » ou « issu de l'immigration » , c'est qu'il est le qualificatif utilisé par les orateurs du rassemblement pré-ratonnade.Cette reprise des mots même des manifestants rend d'autant plus criante le traitement médiatique réservé à ce que les médias présentent comme les "maghrébins" ou les "musulmans" de la plage: aucun témoignage n'est relayé, et bien plus significatif , aucune explication sur l'absence de toute référence à leur version des faits ne figure dans les articles. En admettant même qu'ils aient refusé de parler à la presse, une des règles du journalisme qui se veut objectif est évidemment de faire mention du refus de s'exprimer des protagonistes de n'importe quelle affaire...sauf quand ceux-ci ne sont pas considérés comme égaux aux autres, ou dignes de foi. C'est par exemple le cas lors de l'arrestation de délinquants pris en flagrant délit ou de personnes considérées comme d'ores et déjà exclues des droits ordinaires, par exemple, les personnes soupçonnées de terrorisme.

D'autres médias, eux , on fait de la ratonnade une « rixe à cause d'un burkini » comme 20 minutes.

Ce sera donc cette deuxième version et justification de la tentative de ratonnade qui sera finalement retenue globalement, par les médias, par le maire de la commune et d'autres élus de Corse. Le maire de Sisco, sans aucun scrupule prendra immédiatement un arrêté anti-burkini, comme d'autres avant lui. Y-a-t-il même eu un burkini sur cette plage précise ? C'est de peu d'importance, finalement, pour la suite d'un Evènement que des forces politiques puissantes et racistes ont de toute façon imposé, cet été indépendamment du réel.

La boucle sera enfin bouclée par Laurence Rossignol, Ministre, qui ce 15 août choisit de faire une déclaration, non pas sur la violence raciste, mais sur la nécessité d'une action « de gauche » contre le burkini. Tandis que Jean-Pierre Chevènement, pressenti par le gouvernement pour présider une « Fondation de l'Islam de France » conseille aux musulmans de se « montrer discrets ».

Qu'arrivera-t-il à celles et ceux qui ne seront pas considérés comme suffisamment discrets ? Nous avons déjà la réponse car d'autres avaient déjà donné ce conseil. Début août, le FLNC était repris avec délectation par tous les médias, et présenté comme déterminé à combattre Daech , suite à un communiqué où il « demandait » aux musulmans de ne pas « porter de signes religieux ostentatoires"  et annonçait des représailles contre celles et ceux qu'il désignerait arbitrairement comme complices de Daech. Comme on le voit, le sentiment selon lequel l'appel à la « discrétion » n'avait pas été suivi en ont amené certains à mettre en œuvre les représailles, très vite.

Sans que cela soit un « problème » ou un « évènement ». Puisque le problème et l'évènement, pour l'immense majorité des médias et des politiques, c'est le « burkini ».

(1) http://ripostelaique.com/uniformes-musulmans-a-la-mer-de-sable-mais-yen-a-partout.html
(2) 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.