dimanche 11 janvier 2015

Missak Manouchian: au Panthéon !


Une partie des membres du groupe Manouchian avant leur exécution














 
                                                       Mise à jour du 5 juillet 2017
 
Après la décision positive de faire entrer Simone Veil au Panthéon, cela doit maintenant être au tour de Missak Manouchian, symbole de la résistance au nazisme. 

Cette décision représenterait un hommage mérité à tous les résistants anti-nazis d'origine étrangère. Ceux-ci ont souvent été les pionniers de la résistance aux nazis, notamment dans le cadre des FTP-MOI ("main d'oeuvre étrangère"). Ce geste est d'autant plus important que la mémoire de Manouchian et à travers lui de celle de ses camarades, continue d'être attaquée par les néo-nazis comme en témoignent les profanations de sa stèle à Marseille ( voir ci-dessous) 
  
On notera que l'un des des 2 terroristes d'extrême-droite interpellés en ce début juillet à Vitrolles est mêlé aux attaques contre la mémoire  de Manouchian.
Il a admis avoir été membre de plusieurs groupuscules appartenant à la mouvance d’ultra droite, dont le Mouvement populaire pour une nouvelle aurore (MPNA), inspiré du parti néo-nazi grec "Aube dorée".
Ce groupe "MPNA" est impliqué dans la profanation de la stèle de Missak Manouchian à Marseille depuis 2014
 Il a notamment été repéré car il était était également l’administrateur d’une page Facebook « des amis de Breivik ». On pouvait notamment y lire : « rebeus, blacks, dealers, migrants, racailles, djihadistes, si toi aussi tu rêves de tous les tuer, nous en avons fait le vœu, rejoins-nous ! »

Memorial 98


 




Mise à jour du 13 Février 2017

Des fascistes ont à nouveau profané la stèle Manouchian, à quelques jours du 73e anniversaire de leur exécution par les nazis  le 21 février 1944. Nous soutenons l'appel à mobilisation des associations arméniennes ci-dessous et leur affirmons notre entière solidarité.

Memorial 98 


      
Fresque en mémoire de Manouchian et de ses camarades, réalisée par l'association Art Azoi dans le 20e arrondissement de Paris.


Appel

Le 13 février 2017, la stèle Missak Manouchian, située sur le square du même nom au cœur du 7ème arrondissement de Marseille a de nouveau été profanée.
Cet acte fait suite à ceux perpétrés en 2014 par des groupuscules d’extrême droite (voir ci-dessous).

Nous condamnons fermement cette nouvelle violation, et demandons la recherche et la punition des auteurs de ces faits inqualifiables.
Cette profanation est une nouvelle atteinte à la mémoire des Résistants, morts pour la France pendant la deuxième Guerre Mondiale.

Missak Manouchian était le chef d’un réseau de 23 résistants, composé exclusivement d’immigrés, tristement rendus célèbres par l’Affiche Rouge. Engagés dans un combat pour libérer la France du nazisme, ils furent chassés, arrêtés puis exécutés au Mont Valérien le 21 février 1944.
Depuis plusieurs années, nous appelons l’État Français à transférer les cendres du Groupe Manouchian au Panthéon.

Afin de sacraliser une fois pour toutes leur mémoire, adresser un message fort aux jeunes générations  en perte de repères, et affirmer par ce geste symbolique la volonté de la France de conserver intactes, contre toutes les atteintes à venir, les valeurs qui ont fondé notre République.

Devant ce nouvel acte odieux, et à l’aube de grandes échéances électorales en France, nous réaffirmons l’impérieuse nécessité de panthéoniser Missak Manouchian et ses camarades.
Nous ne manquerons pas d’interpeler  les candidats à l’élection présidentielle sur ce sujet, pour connaître leurs engagements.

Nous appelons à une forte mobilisation citoyenne samedi 18 Février à 11h, au Square Missak Manouchian, Bd Charles Livon, 13007 Marseille, pour commémorer le 73ème anniversaire de l’exécution du groupe Manouchian.

Jeunesse Arménienne de France (JAF)
Union Culturelle Française des Arméniens de France (UCFAF)

Association des Anciens Combattants et Résistants Français d’Origine Arménienne (AACROA)

Janvier 2015: début septembre 2014 à Marseille, une dizaine de personnes, se revendiquant du "mouvement populaire-nouvelle aurore" (allusion au parti néonazi Aube Dorée en Grèce) ont profané la stèle de Missak Manouchian.

Sur une vidéo du groupe, on entend les militants d'extrême-droite déclarer que Manouchian est « un terroriste communiste, tueur de Français », ou encore « Manouchian, grosse merde, on ne veut pas de ça à Marseille. »

Missak Manouchian était un militant communiste arménien et membre des FTP-MOI (Francs Tireurs et Partisans - Main d'Oeuvre Immigrée), un groupe résistant pendant la seconde Guerre Mondiale. Il a été fusillé au Mont Valérien par les nazis, ainsi que plusieurs de ses camarades.

Les deux néonazis identifiés, David Guichard et Olivier Bianciotto, âgés de 42 et 30 ans, ont été jugés le 9 janvier 2015.
Et ce sont bien deux mémoires différentes qui s'affrontent, malgré la prétendue méconnaissance des militants d'extrême-droite. Celle de ceux qui ont lutté et sont morts pour la liberté, pour un monde plus juste et plus humain, et celle de ceux qui sous le régime de Vichy traquaient communistes, Juifs, étrangers, gitans... Une exposition se tient d'ailleurs jusqu'au 2 mars 2015 à Paris sur le thème de la Collaboration. Mémorial98 en








rend compte : Collaboration avec les nazis: une exposition d'actualité.

Dernière lettre de Manouchian
Olivier Bianciotto, pourtant adhérent des Jeunesses Nationalistes jusqu'à leur dissolution en 2013, a eu le culot de dire être venu par curiosité sans savoir qui était Manouchian ! Alors que sur la vidéo, on le voit prendre la parole devant la stèle.
Comme souvent également pour ce genre de militants, il s'est  dit "victime" des antifascistes...
David Guichard est lui aussi là "par curiosité", pour voir. Il a déjà plusieurs condamnations pour port d'armes et violences, mais il a également eu un rappel à la loi en septembre 2014, après avoir diffusé une photo de lui en train de faire le salut nazi.
Tous deux sont entendus dans le cadre de l'incendie d'un radar en novembre 2013, l'instruction est toujours en cours...

Des militants affirmés donc, mais qui connaissent les ficelles pour se défendre dans un tribunal : minimiser sa participation aux faits, présenter des excuses... Pourtant, David Guichard assume ses convictions politiques : « Je voulais voir qui participait à cela et je pensais sincèrement rencontrer des gens de l'extrême droite très dure et je me suis retrouvé avec des jeunes pour la plupart des étudiants. Quand j'ai vu qu'il s'agissait d'une bande de merdeux, cela ne m'a pas intéressé. »

Des activistes d'extrême-droite qui ont passé l'âge des erreurs de jeunesse... et qui manifestent d'un penchant pour la violence, verbale et même physique, de manière confirmée pour l'un d'entre eux,
Mais qui bénéficient d'une condamnation légère : 100h de travaux d'intérêt général, sous peine de 2 mois de prison ferme. Et sans inscription au casier judiciaire pour Bianciotto, qui travaille dans la sécurité et ne perdra pas son agrément préfectoral...

L'avocat de l'association Jeunesse Arménienne de France a déclaré que « l’ignorance n’a jamais été une excuse ni une atténuation de responsabilité ». Il a également « refusé les excuses » que les deux prévenus ont présentées à la communauté arménienne, au motif que : « vos actes vous ne les assumez pas. »

MEMORIAL 98
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.