jeudi 7 mai 2015

Mâcon: encore des "individus" qui incendient une mosquée.

Circulez, il n'y (plus) rien à voir.
C'est le message envoyé par l'extrême concision des informations données par la presse, jointe à une non moins extrême rapidité de l'enquête et du procès suite à l'incendie de la mosquée de Mâcon survenu le 26 avril dernier.
Dans la nuit, deux personnes avaient été filmées par la vidéo surveillance alors qu'elles mettaient le feu à la mosquée de cette ville de Saône et Loire avec un bidon d'essence et du papier toilette. 

Deux jeunes hommes sont arrêtés le 3 mai, et reconnaissent les faits. Le parquet prend alors la décision d'un passage en comparution immédiate : hier les deux incendiaires sont condamnés à trois ans de prison dont seulement six mois ferme. Fermez les bans judiciaires et policiers.
Quant aux médias, ils ne sont guère plus loquaces sur les auteurs de cet incendie. " Se disant patriotes", " évoquant le contexte des attentats de janvier" et "certains différends avec la communauté turque de la ville", voilà tout ce qu'on apprend d'eux dans les journaux locaux et dans Le Parisien. 

Évidemment, ce n'est pas avec une procédure de comparution immédiate, très rapide , avec une seule et unique audience publique qu'on peut espérer en savoir plus sur les mobiles, le contexte politique, les complicités éventuelles de ces deux "individus". Dont il apparaît "seulement" qu'ils sont évidemment d'extrême-droite.

S'ils ne l'étaient pas d'ailleurs, les choses ne se seraient jamais passées de cette manière: actuellement n'importe quel projet d'acte violent envisagé par des jeunes se réclamant de l'islam radical fait l'objet d'un traitement politique de l'information et d'un traitement policier et judiciaire antiterroriste. Avec les incriminations du type "association de malfaiteurs" , et avec la loi votée récemment qui permet de réprimer même un projet individuel non abouti, les moyens pour enquêter sont énormes.

Mais concernant l'extrême-droite raciste,  ils ne sont jamais utilisés: les auteurs interpellés alors qu'ils sont déjà passés à l'acte, ou empêchés de le faire parce qu'ils ont été dénoncés par un proche sont toujours des "individus" et seulement cela.

Un "individu", Christophe Lavigne: militaire de carrière, le jeune homme n'était pas encarté au Bloc Identitaire mais fréquentait virtuellement tous les réseaux de la mouvance fasciste: sur son profil Facebook, on trouvait tout aussi bien Dominique Venner que Guillaume Faye, prédicateur de "la guerre totale entre l'Occident et l'islam".

Quatre  "individus", , élèves de première et terminale dans un lycée militaire près de Grenoble mis en examen pour avoir projeté un attentat à l'explosif contre une mosquée à Montélimar, et qui ont été laissés libres sous contrôle judiciaire. 

Un "individu", le militaire retraité du 3ème RIPMA de Castres qui avait été arrêté près de la mosquée de Carcassonne, après avoir annoncé à ses voisins son intention de la faire sauter.

Pour d'autres affaires, on parle de "réseaux", de "mouvances" , de "sites de propagande", d'"endoctrinement virtuel". Quand il s'agit d'actes islamophobes ou racistes, ce sont des "individus".

Des "individus" qui font la même chose sur l'ensemble du territoire et qui ont tous la même obsession: détruire des mosquées, et peu importe qu'il y ait ou non quelqu'un à l'intérieur. Des "individus", qui tous reconnaissent leurs actes à la barre, et les justifient par leur haine des musulmans et des personnes issues de l'immigration. 

Des individus qui répètent exactement le discours des réseaux d'extrême-droite locaux: par exemple, les trois derniers articles du Bloc Identitaire Bourgogne, la région où ont agi les incendiaires de Mâcon sont consacrés à des torrents de rage et de haine contre un projet de mosquée à Nuit Saint Georges.
En Saône et Loire, nos deux "individus" évoluent dans un contexte où le FN est arrivé en tête des élections départementales. Parmi ses candidats, de joyeux drilles "individuels" , comme Sébastien Hallouin, pris en photo en train de faire le salut nazi déguisé en Hitler

Autre fait récurrent et national, les tentatives de destruction contre les mosquées sont toujours précédées d'actes de dégradation moins poussés mais répétitifs dans la même sphère géographique: ainsi en Saône et Loire, comme ailleurs, inscriptions islamophobes et têtes de porcs devant les mosquées sont choses assez courantes. 

Mais peu importe, circulez, y'a rien à voir. A Mâcon, comme ailleurs, on expédie la procédure quand les auteurs sont interpellés, on ne cherche pas plus loin. Et ça ne date pas d'aujourd'hui: à Auxerre, département voisin de la Saône et Loire, c'est par hasard en 2006, qu'avaient été arrêtés les membres d'un groupe néo-nazi "Ordre National" lié au FN local qui depuis deux ans perpétraient ratonnades et incendies contre les kebabs dans la ville . Leur procès s'était tenu cinq ans plus tard et le maximum des peines prononcées avait été de quelques mois fermes. Même quand la procédure est longue, l'affaire est minimisée, et ne suscite que peu d'intérêt politique et médiatique. Ainsi, deux mois après l'arrestation de membres d'un groupe néo-nazi picard, on ne sait toujours pas contre qui a eu lieu la "tentative d'homicide volontaire" évoquée par la presse.

Ces derniers mois, les preuves s'accumulent pourtant de l'existence de réseaux violents , structurés, liés à des structures para-légales , à des réseaux de propagande nationaux , fortement implantés dans de nombreuses régions et dont les membres se tournent de manière croissante vers le passage à l'acte islamophobe ou antisémite violent. 

Quand on en arrivera au pire, certes on ne parlera plus d'"individus". Quand il s'agit d'une affaire de meurtre lié à l'extrême-droite, le terme est un peu plus fleuri pour évacuer les mêmes questions. On dit alors "loup solitaire",  comme pour Breivik en Norvège.

Mais à Mâcon, collectivement, une centaine de personnes ont manifesté contre l'incendie de la mosquée, à l'appel des antiracistes. Une réaction collective salutaire face à ce qui est tout sauf une "entreprise individuelle".

Abonnez vous à ce blog afin de recevoir tous les articles (à droite  de l'écran en renseignant votre adresse mail dans la rubrique Newsletter)
Retrouvez aussi les prises de position et articles de fond de Memorial 98 ici  http://www.memorial98.org/ et abonnez vous

Sur Facebook suivez l'actualité quotidienne de la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme de Memorial 98.
Le groupe Facebook est le prolongement de ce site et rend compte de l'activité antiraciste et antifasciste.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.